Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Des manifestants anti-réformes occupent la Sorbonne et le CNRS

Dernière modification : 26/03/2009

La Sorbonne et le CNRS, symboles français de l'université et de la recherche, étaient occupés jeudi par des manifestants qui réclament la restitution de postes supprimés en 2009 et dénoncent les réformes dans l'enseignement.

AFP - Deux symboles de l'université et de la recherche, la Sorbonne et le CNRS, étaient occupés jeudi par des manifestants dénonçant les réformes dans l'enseignement, le gouvernement parlant de "noyaux de radicalisation" parallèles à une "baisse des perturbations".

Une centaine de chercheurs occupaient le siège du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans le 16e arrondissement à Paris, après avoir perturbé le matin la tenue d'un Conseil d'administration de l'organisme pour s'opposer à ce qu'ils considèrent comme son "démantèlement" et aux "suppressions d'emplois".

Par ailleurs une partie des bâtiments de la Sorbonne "historique" (Ve arr) étaient partiellement occupés jeudi après-midi par environ 150 personnes, des personnels (enseignants et "Biatoss") de Paris-I, Paris-III, Paris-IV et de l'Ecole pratique des hautes études (EPHE).

L'occupation, décidée par une assemblée générale interfacultés des personnels des universités concernées, entend exprimer l'"exaspération de ne pas être entendus après huit semaines de grève" et contester le fait que les entrées soient filtrées.

A Brest, le colloque annuel de la Conférence des présidents d'université (CPU) qui se tient jusqu'à vendredi a été suspendu jeudi après l'envahissement de la faculté par des dizaines d'étudiants, selon la police.

Dans la matinée, la CPU, satisfaite de l'évolution des sujets de conflit dans les universités, avait invité à ce que les enseignements reprennent dans les établissements perturbés et à ce que l'organisation des examens y soit mise en oeuvre.

Par ailleurs, le local d'un bâtiment occupé de l'Université de Strasbourg (UdS) a été "vandalisé" dans la nuit de mercredi à jeudi et plusieurs ordinateurs ont été dérobés, selon le président de l'université.

De son côté, le ministère de l'Enseignement supérieur a dit constater "une tendance générale à la baisse des perturbations dans les universités, avec des reprises de cours, mais aussi quelques noyaux de radicalisation", a-t-il déclaré à l'AFP.

Selon le ministère, les "noyaux durs" concernent des mouvements menés dans les universités de Paris-IV, Rennes II et Montpellier III.

"Dans 15 à 20 universités, il y a des perturbations intermittentes, comme à Aix-Marseille I, Le Havre, Rouen, Paris VII, Toulon", a-t-on ajouté.

"Les cours reprennent dans d'autres endroits, comme au Mans, à Strasbourg, une partie de Rennes II, Limoges, dans un IUT à Rouen", a ajouté le ministère.

Pour autant, à Bordeaux, selon les présidences, Bordeaux III, I et IV étaient bloquées tandis qu'à Bordeaux II, seuls les cours de médecine étaient dispensés. Entre 750 (police) et 1.500 enseignants-chercheurs, étudiants, lycéens, chercheurs ont défilé dans la ville.

En dépit de plusieurs reculs ou aménagements du gouvernement sur plusieurs réformes, le mouvement de protestation en est à sa huitième semaine.

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)