Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

FRANCE

Des manifestants anti-réformes occupent la Sorbonne et le CNRS

Dernière modification : 26/03/2009

La Sorbonne et le CNRS, symboles français de l'université et de la recherche, étaient occupés jeudi par des manifestants qui réclament la restitution de postes supprimés en 2009 et dénoncent les réformes dans l'enseignement.

AFP - Deux symboles de l'université et de la recherche, la Sorbonne et le CNRS, étaient occupés jeudi par des manifestants dénonçant les réformes dans l'enseignement, le gouvernement parlant de "noyaux de radicalisation" parallèles à une "baisse des perturbations".

Une centaine de chercheurs occupaient le siège du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans le 16e arrondissement à Paris, après avoir perturbé le matin la tenue d'un Conseil d'administration de l'organisme pour s'opposer à ce qu'ils considèrent comme son "démantèlement" et aux "suppressions d'emplois".

Par ailleurs une partie des bâtiments de la Sorbonne "historique" (Ve arr) étaient partiellement occupés jeudi après-midi par environ 150 personnes, des personnels (enseignants et "Biatoss") de Paris-I, Paris-III, Paris-IV et de l'Ecole pratique des hautes études (EPHE).

L'occupation, décidée par une assemblée générale interfacultés des personnels des universités concernées, entend exprimer l'"exaspération de ne pas être entendus après huit semaines de grève" et contester le fait que les entrées soient filtrées.

A Brest, le colloque annuel de la Conférence des présidents d'université (CPU) qui se tient jusqu'à vendredi a été suspendu jeudi après l'envahissement de la faculté par des dizaines d'étudiants, selon la police.

Dans la matinée, la CPU, satisfaite de l'évolution des sujets de conflit dans les universités, avait invité à ce que les enseignements reprennent dans les établissements perturbés et à ce que l'organisation des examens y soit mise en oeuvre.

Par ailleurs, le local d'un bâtiment occupé de l'Université de Strasbourg (UdS) a été "vandalisé" dans la nuit de mercredi à jeudi et plusieurs ordinateurs ont été dérobés, selon le président de l'université.

De son côté, le ministère de l'Enseignement supérieur a dit constater "une tendance générale à la baisse des perturbations dans les universités, avec des reprises de cours, mais aussi quelques noyaux de radicalisation", a-t-il déclaré à l'AFP.

Selon le ministère, les "noyaux durs" concernent des mouvements menés dans les universités de Paris-IV, Rennes II et Montpellier III.

"Dans 15 à 20 universités, il y a des perturbations intermittentes, comme à Aix-Marseille I, Le Havre, Rouen, Paris VII, Toulon", a-t-on ajouté.

"Les cours reprennent dans d'autres endroits, comme au Mans, à Strasbourg, une partie de Rennes II, Limoges, dans un IUT à Rouen", a ajouté le ministère.

Pour autant, à Bordeaux, selon les présidences, Bordeaux III, I et IV étaient bloquées tandis qu'à Bordeaux II, seuls les cours de médecine étaient dispensés. Entre 750 (police) et 1.500 enseignants-chercheurs, étudiants, lycéens, chercheurs ont défilé dans la ville.

En dépit de plusieurs reculs ou aménagements du gouvernement sur plusieurs réformes, le mouvement de protestation en est à sa huitième semaine.

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)