Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU: "irresponsable et infantile"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy salue la main tendue de Kabila au Rwanda

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2009

Dans le discours qu'il a prononcé devant le Parlement congolais, le président français a salué la "décision courageuse" de Kinshasa d'avoir invité le Rwanda à une opération militaire conjointe pour pacifier l'Est du pays.

En visite en République démocratique du Congo (RDC) – première étape d’une tournée express en Afrique subsaharienne –, le président français Nicolas Sarkozy a applaudi les efforts de rapprochement entre le pays et son voisin ennemi, le Rwanda.

 

 

"Il y a quelques semaines, le président Kabila a tendu la main au Rwanda pour coopérer dans la lutte contre les forces hutues rwandaises (FDLR). Ce fut une décision courageuse", a déclaré le chef de l’État français devant le Parlement congolais.

 

Le plan de paix entre la RDC et le Rwanda est un sujet délicat pour le président français, qui était attendu de pied ferme à Kinshasa après avoir préconisé un "partage des richesses" congolaises avec Kigali.

 

En janvier dernier, alors que la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda ravageait le Nord-Kivu (est du pays), Nicolas Sarkozy avait évoqué "un partage des richesses" et un "partage de l’espace" entre le Rwanda, "pays à la démographie dynamique et à la superficie petite" et la RDC, "pays à la superficie immense et à l’organisation étrange des richesses frontalières".

 

Ces déclarations avaient provoqué un immense tollé en RDC, où l’idée avait été perçue comme une tentative d’amputation du territoire national.

 

Devant le Parlement congolais, et après un entretien avec son homologue Joseph Kabila, Nicolas Sarkozy a tenté de calmer les esprits à Kinshasa en "choisissant les bons mots, le bon ton, pour tenter de rassurer tout le monde", explique Melissa Bell, envoyée spéciale de FRANCE 24 dans le pays. "Dans son discours, plus question de partage. Il a plutôt parlé, en termes assez vagues, d’une nécessité de trouver des projets qui permettent de fédérer les pays", poursuit-elle.

 

 

Après la RDC, le Congo-Brazza et le Niger

 

 

 

Après l’épreuve de la RDC, le président français se rendra au Congo-Brazzaville, où il effectuera une visite éclaire. Cette deuxième étape s’annonce tout aussi périlleuse. À quelques mois de l’élection présidentielle qui doit se dérouler dans le pays, la "visite d’amitié" de la France pourrait être perçue comme un soutien au chef de l'État, Denis Sassou Nguesso, ce qu’essaie d’éviter à tout prix l’Élysée.

 

Nicolas Sarkozy a prévu de s’entretenir avec des adversaires politiques du régime et, au cours d’une allocution devant le Parlement, devrait insister sur "l’importance d’une élection honorable". La dernière élection au Congo, en 2002, avait été entachée de multiples irrégularités.

 

La troisième et dernière étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy – quelques heures au Niger – s’annonce moins épineuse. Le président français devrait y aborder la question de l’uranium, après la signature, en janvier, d’un nouveau contrat d’exploitation du minerais avec Areva, le numéro un mondial du nucléaire, éludant ainsi la question de la démocratie, à l’origine au programme de la visite présidentielle.

 

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)