Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Moyen-Orient

Paris et Bagdad renouent leur coopération militaire

Dernière modification : 26/03/2009

Les ministres français et irakien de la Défense annoncent la signature d'un premier contrat d'armement entre les deux pays depuis 1990. Il porte sur la vente de 24 hélicoptères de transport à Bagdad, pour 360 millions d'euros.

AFP - Paris et Bagdad ont ravivé mercredi une tradition d'intense coopération militaire avec la conclusion d'un accord portant sur l'acquisition par l'Irak de 24 hélicoptères de transport, premier contrat d'armement entre les deux pays depuis 1990.

Les ministres de la Défense français et irakien Hervé Morin et Abdel Qader Obeidi en ont fait l'annonce sur le perron du ministère de la Défense à Paris, 19 ans après l'invasion du Koweït par l'Irak qui avait mis fin à toute coopération militaire bilatérale.

Le contrat porte sur l'achat de 24 appareils de transport EC 635 d'Eurocopter, filiale du géant européen de l'aéronautique EADS, pour un montant de 360 millions d'euros.

Mais Paris assurera aussi la formation des équipages irakiens en France, sur des hélicoptères Gazelle mis à leur disposition, la maintenance des appareils ainsi qu'un soutien technique.

Lors d'une visite-surprise de Nicolas Sarkozy à Bagdad le 10 février, la première d'un président français depuis la création de l'Irak en 1921, le chef de l'Etat avait proposé une collaboration "sans limites" de la France à la reconstruction du pays, y compris dans le domaine de la défense.

"Nous pouvons collaborer, former et équiper aussi l'armée irakienne", avait-il déclaré.

Le contrat sur les hélicoptères apparaît ainsi comme une première étape, M. Morin annonçant, après une entrevue avec son homologue irakien, que Paris allait "rouvrir une mission militaire à Bagdad" et y dépêcher un attaché militaire "dès cet été".

"Nous voulons retrouver le niveau des relations que la France avait jusqu'aux années 80" avec l'Irak, a-t-il souligné, rappelant qu'à l'époque, "une grande partie de l'armée irakienne était formée en France et équipée de matériel militaire français".

A ses côtés, le ministre irakien a précisé qu'au cours de sa visite en France, il avait engagé des discussions sur "d'autres projets" avec "de grandes entreprises françaises".

Ces contrats d'armement, a-t-il jugé, renforceront "l'indépendance" de l'Irak et "faciliteront l'accord conclu avec les Etats-Unis sur le retrait des forces américaines".

Paris et Bagdad voient déjà plus loin. M. Morin a proposé à son homologue un "accord cadre" portant sur "la formation des officiers irakiens, l'entraînement et l'encadrement de l'armée irakienne ainsi que la coopération industrielle".

La France, a souligné le ministre, est prête à concourir à la "reconstruction d'une aviation de combat" irakienne et à "la remise à niveau de l'armée de terre" en fournissant des blindés.

De 1977 à 1988, Paris était devenu l'un des principaux fournisseurs d'armement de l'Irak dirigé par Saddam Hussein, avec la vente d'une centaine de Mirage F1.

La France qui s'est farouchement opposée, avec l'Allemagne et la Russie, à l'intervention américaine en Irak, pourrait aussi y dépêcher prochainement des instructeurs.

Interrogé sur cette perspective, M. Morin a répondu que la France était "ouverte à toute forme de coopération" mais qu'il appartenait "au gouvernement irakien de dire ce qu'il souhaite".

Des militaires français seront présents en Irak "dès l'arrivée des équipements français", a enchaîné son homologue irakien, sans préciser le calendrier.

L’EC 635, "biturbine léger polyvalent", selon son constructeur, est un hélicoptère de transport de troupes (jusqu'à sept soldats) et de fret qui peut être également engagé dans des missions de formation, de reconnaissance ou de recherche et sauvetage.

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)