Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

EUROPE

Topolanek remet la démission de son gouvernement

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 26/03/2009

Alors que la République tchèque est à la tête de la présidence tournante de l'UE, le Premier ministre Topolanek, renversé par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Lisez le blog de notre spécialiste Europe : "Le gouvernement contraint à la démission, un os pour l'UE"

 

Le Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, dont le gouvernement a été renversé mardi par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Le président tchèque, un eurosceptique convaincu, a affirmé souhaiter une "solution rapide" à cette situation. "Je ne permettrai pas une non-solution de la situation, un Etat provisoire par exemple jusqu'à la fin de notre présidence de l'UE, jusqu'aux élections anticipées ou même jusqu'aux élections ordinaires", a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse.

Cette crise politique intervient alors que la République tchèque assure la présidence de l'Union européenne jusqu’au 30 juin. C’est donc un dirigeant affaibli qui représentera l’UE, le 2 avril à Londres, au sommet du G20 sur la crise économique et financière mondiale, avant de s'entretenir  le 5 avril avec le président américain Barack Obama à Prague.

Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, explique à FRANCE 24 que la mise en minorité du Premier ministre tchèque "affaiblit la possibilité de voir ce pays ratifier le traité de Lisbonne et met en évidence un problème de leadership à la tête de l’Union provoqué par le manque d’ambition européenne des Tchèques".

Topolanek en faveur d’élections anticipées

Conformément à la Constitution, Topolanek expédiera les affaires courantes à la tête du gouvernement jusqu'à ce que le chef de l'Etat nomme son successeur ou jusqu'à la tenue de nouvelles élections législatives. Cette dernière hypothèse représente la meilleure solution selon Topolanek. "Je préfère la rapidité, ce qui signifie pour moi des élections anticipées dans un bref délai", a-t-il déclaré. Toutefois, cette solution est difficilement réalisable au plan constitutionnel et les observateurs parient plutôt sur un blocage prolongé.

Le président Klaus, accusé par Topolanek d’être à l’origine de sa chute, doit mener des consultations sur la formation du prochain cabinet vendredi avec les dirigeants sociaux-démocrates (CSSD) et démocrates-chrétiens (KDU-CSL).

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)