Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

EUROPE

Topolanek remet la démission de son gouvernement

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 26/03/2009

Alors que la République tchèque est à la tête de la présidence tournante de l'UE, le Premier ministre Topolanek, renversé par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Lisez le blog de notre spécialiste Europe : "Le gouvernement contraint à la démission, un os pour l'UE"

 

Le Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, dont le gouvernement a été renversé mardi par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Le président tchèque, un eurosceptique convaincu, a affirmé souhaiter une "solution rapide" à cette situation. "Je ne permettrai pas une non-solution de la situation, un Etat provisoire par exemple jusqu'à la fin de notre présidence de l'UE, jusqu'aux élections anticipées ou même jusqu'aux élections ordinaires", a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse.

Cette crise politique intervient alors que la République tchèque assure la présidence de l'Union européenne jusqu’au 30 juin. C’est donc un dirigeant affaibli qui représentera l’UE, le 2 avril à Londres, au sommet du G20 sur la crise économique et financière mondiale, avant de s'entretenir  le 5 avril avec le président américain Barack Obama à Prague.

Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, explique à FRANCE 24 que la mise en minorité du Premier ministre tchèque "affaiblit la possibilité de voir ce pays ratifier le traité de Lisbonne et met en évidence un problème de leadership à la tête de l’Union provoqué par le manque d’ambition européenne des Tchèques".

Topolanek en faveur d’élections anticipées

Conformément à la Constitution, Topolanek expédiera les affaires courantes à la tête du gouvernement jusqu'à ce que le chef de l'Etat nomme son successeur ou jusqu'à la tenue de nouvelles élections législatives. Cette dernière hypothèse représente la meilleure solution selon Topolanek. "Je préfère la rapidité, ce qui signifie pour moi des élections anticipées dans un bref délai", a-t-il déclaré. Toutefois, cette solution est difficilement réalisable au plan constitutionnel et les observateurs parient plutôt sur un blocage prolongé.

Le président Klaus, accusé par Topolanek d’être à l’origine de sa chute, doit mener des consultations sur la formation du prochain cabinet vendredi avec les dirigeants sociaux-démocrates (CSSD) et démocrates-chrétiens (KDU-CSL).

Première publication : 26/03/2009

COMMENTAIRE(S)