Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

EUROPE

Topolanek remet la démission de son gouvernement

©

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 26/03/2009

Alors que la République tchèque est à la tête de la présidence tournante de l'UE, le Premier ministre Topolanek, renversé par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Lisez le blog de notre spécialiste Europe : "Le gouvernement contraint à la démission, un os pour l'UE"

 

Le Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, dont le gouvernement a été renversé mardi par une motion de censure au Parlement, a remis sa démission ce jeudi au président Vaclav Klaus, qui l’a accepté.

Le président tchèque, un eurosceptique convaincu, a affirmé souhaiter une "solution rapide" à cette situation. "Je ne permettrai pas une non-solution de la situation, un Etat provisoire par exemple jusqu'à la fin de notre présidence de l'UE, jusqu'aux élections anticipées ou même jusqu'aux élections ordinaires", a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse.

Cette crise politique intervient alors que la République tchèque assure la présidence de l'Union européenne jusqu’au 30 juin. C’est donc un dirigeant affaibli qui représentera l’UE, le 2 avril à Londres, au sommet du G20 sur la crise économique et financière mondiale, avant de s'entretenir  le 5 avril avec le président américain Barack Obama à Prague.

Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, explique à FRANCE 24 que la mise en minorité du Premier ministre tchèque "affaiblit la possibilité de voir ce pays ratifier le traité de Lisbonne et met en évidence un problème de leadership à la tête de l’Union provoqué par le manque d’ambition européenne des Tchèques".

Topolanek en faveur d’élections anticipées

Conformément à la Constitution, Topolanek expédiera les affaires courantes à la tête du gouvernement jusqu'à ce que le chef de l'Etat nomme son successeur ou jusqu'à la tenue de nouvelles élections législatives. Cette dernière hypothèse représente la meilleure solution selon Topolanek. "Je préfère la rapidité, ce qui signifie pour moi des élections anticipées dans un bref délai", a-t-il déclaré. Toutefois, cette solution est difficilement réalisable au plan constitutionnel et les observateurs parient plutôt sur un blocage prolongé.

Le président Klaus, accusé par Topolanek d’être à l’origine de sa chute, doit mener des consultations sur la formation du prochain cabinet vendredi avec les dirigeants sociaux-démocrates (CSSD) et démocrates-chrétiens (KDU-CSL).

Première publication : 26/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)