Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

Bouteflika, candidat à sa propre succession, fait campagne en Kabylie

Vidéo par Nassim BENKARA , Ahmed TAZIR

Dernière modification : 06/04/2009

En pleine campagne électorale, le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un troisième mandat le 9 avril, s'est rendu en Kabylie - une région encore marquée par les émeutes de 2001 qui avaient fait plus de 120 morts.

AFP - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un troisième mandat le 9 avril, a lancé vendredi un appel en Kabylie à "l'unité nationale" et s'est incliné devant "la mémoire des martyrs" des émeutes qui ont endeuillé cette région en 2001.

"Je n'ai jamais imaginé la Kabylie sans l'Algérie, pas plus que je n'ai imaginé l'Algérie sans la Kabylie", a-t-il affirmé à Tizi Ouzou (100 km à l'est d'Alger), devant une salle archi-comble, en qualifiant cette rencontre "d'historique".

M. Bouteflika ne s'était pas rendu dans cette ville depuis 2005, et il s'est offert dès son arrivée un bain de foule sur le principal boulevard de Tizi Ouzou.

Mais "le patriote que je suis ne peut imaginer un instant que l'on puisse discuter de l'unité nationale", a ajouté M. Bouteflika, mêlant le français et l'arabe, et soulignant l'accueil "digne" que Tizi Ouzou lui avait réservé.

"Je ne peux ne pas m'incliner devant les martyrs de 2001", a-t-il encore dit.

La Kabylie a été endeuillée en avril 2001 par des émeutes qui ont éclaté après le décès d'un jeune homme tué par un gendarme et fait plus de 120 morts et des centaines de blessés.

Cette crise avait provoqué un certain ressentiment des Kabyles vis-à-vis du pouvoir central.

"Les Algériens pleurent (ces victimes). Je ne sais pas jusqu'à l'instant, du poste où je suis, comment et ce qui a provoqué cette tragédie nationale qui s'est décuplée", a encore affirmé M. Bouteflika, en ajoutant: "je suis un authentique amazigh (berbère, ndlr). Quand je me trompe, je sais faire mon mea-culpa".

"Vous avez dit que l'Algérie est amazighe, mais d'une façon brutale", a dit le président en référence aux évènements de 2001, ajoutant qu'en face des opposants ont "réagi d'une façon brutale", .

Depuis, le Tamazight a été inscrite dans la Constitution comme langue nationale et le gouvernement a lancé récemment une chaîne de télévision en berbère.

Mercredi à Béjaia, l'autre ville de Kabylie, M. Bouteflika avait lancé un appel aux habitants de cette région pour ouvrir une "nouvelle page".

"L'Algérie vous attend et a besoin de vous, vous nous avez manqué en nous boudant et en tardant à venir nous rejoindre".

Lors des présidentielles de 1999 et de 2004, le taux de participation en Kabylie, avait été très faible comparativement au reste du pays. Les deux principaux d'opposition, le Front des forces socialistes (FFS) de Hocine Ait Ahmed et le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, laïque), de Saïd Sadi, bien implantés en Kabylie, ont décidé de boycotter la présidentielle du 9 avril.

M. Bouteflika veut obtenir un plébiscite populaire pour son troisième mandat à la tête de l'Algérie lors de cette élection dont le taux de participation constitue le principal enjeu.

Affirmant que "pour progresser, il faut la paix et la sécurité", le président Bouteflika s'est adressé aux islamistes armés, très actifs dans la région, en lançant un appel à ceux qui "endeuillent le pays à réintégrer la société". "Faute de quoi, le peuple et les services de sécurité sont là pour leur répondre".

"En aucune manière, on ne peut vivre dans cette situation d'insécurité", a-t-il dit.

Les massifs forestiers de Kabylie, souvent difficiles d'accès, constituent un repaire pour des groupes d'Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi) qui mènent des opérations ponctuelles contre les forces de sécurité et commettent parfois des attentats à la bombe contre des cibles officielles.

Première publication : 27/03/2009

COMMENTAIRE(S)