Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Sports

Le CIO supprime le relais international de la flamme olympique

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 27/03/2009

La commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a décidé de mettre un terme au relais international de la flamme olympique. Le souvenir du parcours chaotique de la torche des Jeux de Pékin n'est pas étranger à cette décision.

Réunie à Denver dans le Colorado, la commission exécutive du Comité international olympique a décidé de mettre un terme au relais international de la flamme olympique. Désormais, la torche se bornera à un parcours à l’intérieur des frontières du pays hôte.

 

"Pékin avait planifié un relais olympique international et nous l'avions accepté. Mais le retour d'expérience a montré qu'il y avait un risque et le CIO a décidé de ne plus recommencer", a annoncé Gilbert Felli, directeur exécutif de l'organisme.

 

Les comités d'organisation de Vancouver 2010 et Londres 2012, qui n'ont d'eux-mêmes pas prévu de parcours international, ne sont toutefois pas concerné par cette règle qui ne s’imposera d'office aux pays organisateurs qu'à partir de 2016. Quant aux Jeux d'hiver de 2014 qui se dérouleront à Sotchi, le CIO va demander aux organisateurs - qui ne se sont toujours pas prononcés sur la question - de garder la flamme à l’intérieur des frontières russes.

 

Le désastreux voyage de la flamme de Pékin

 

Le fiasco médiatique qui avait accompagné le périple de la torche des Jeux de Pékin a sonné le glas de cette pratique initiée en 2004, à l’occasion des JO d’Athènes. La mobilisation contre la répression chinoise au Tibet et les atteintes aux droits de l’Homme avait pris pour cible la flamme olympique, censée symboliser l’universalité des valeurs sportives et humanistes des Jeux olympiques.

 

Les images de son passage houleux à Londres, à Nagano, à San Francisco et surtout à Paris ont monopolisé l’attention des médias du monde entier, mis à part la Chine.

 

Des manifestants qui s’attaquent aux relayeurs, en passant par des échauffourées entre pro-Chinois et pro-Tibétains et des parcours interrompus ou annulés, jusqu’à l’extinction volontaire de la flamme par les organisateurs, le CIO n’a pu que constater les dégâts, en terme d’image, provoqués par l’immixtion de la politique dans la bulle olympique. Résultat des courses : une Chine humiliée et un CIO désarçonné par un parcours baptisé au départ  "le voyage de l'harmonie".

 

En entérinant la décision de Denver, l’autorité olympique écorne l’image populaire et festive de la flamme mais s’évite surtout toute contestation future du profil politique des prochains pays hôtes.

 

Première publication : 27/03/2009

COMMENTAIRE(S)