Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

FRANCE

Nouvelle greffe du visage sur un homme de 28 ans

Vidéo par FRANCE 3

Dernière modification : 29/03/2009

Le professeur Laurent Lantiéri (photo) et son équipe ont réalisé à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil une nouvelle greffe du visage, la troisième en France et la cinquième au monde, sur un homme de 28 ans défiguré par un coup de fusil.

AFP - Une nouvelle greffe du visage, la 3e en France et la 5e au monde, a été réalisée à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne) par un pionnier de cette transplantation sur un homme de 28 ans, défiguré d'un coup de fusil.

Le professeur Laurent Lantiéri qui l'a opéré avec son équipe toute la nuit de jeudi à vendredi, a en effet déjà réussi une telle intervention réparatrice mais aussi hautement symbolique.

"Le patient avait été défiguré par un coup de fusil", a indiqué à l'AFP le chirurgien qui avait déjà réalisé une greffe de la face en janvier 2007.

L’opération, entamée jeudi pour s'achever vendredi au matin, a duré une quinzaine d'heures.

"Le patient est réveillé et va bien", a dit le Pr Lantiéri. "Il est beaucoup trop tôt pour en dire plus sur la prise de de la greffe", a précisé le chirurgien.

"Dans les 48 premières heures, il y a une période aiguë critique liée aux éventuels incidents purement chirurgicaux (caillots...). Ensuite, la 3e ou 4e semaine, on a la phase de phénomène de rejet, mais on dispose de moyens pour le maîtriser", a expliqué le Pr Lantiéri.

"Le patient ne pouvait pas ouvrir la bouche - les muscles de la bouche étaient détruits", malgré des opérations de "réparation ne permettant pas à la bouche de s'animer".

Le patient qui avait subi plusieurs opérations depuis son accident en 2005 respirait à l'aide d'un tube - une trachéotomie.

Une grande partie du visage du donneur, décédé, a été greffée ainsi que de l'os pour réparer la mâchoire supérieure et le nez.

"C'est une greffe similaire à celle faite par le Dr Maria Siemionow (Ohio, Etats-Unis)" en 2008 qui avait duré 22 heures "et à celle réalisée pour Pascal" en 2007, a relevé le Pr Lantiéri.

Pascal, 29 ans, défiguré par une tumeur d'origine génétique - une neurofibromatose, appelée maladie de Recklinghausen - avait été opéré par le Pr Lantiéri.

L'homme de 28 ans qui vient d'être greffé pourra dire ses premiers mots dés qu'on pourra enlever la canule mise en place pour respirer, "mais pour se faire bien comprendre, il faudra pouvoir bouger la bouche, le muscle orbiculaire (des lèvres)", ce qui prendra plus de temps, a commenté le chirurgien.

Cette greffe fait partie d'un programme de recherche clinique financé par le ministère de la santé portant pour l'instant sur cinq greffes, dont deux sont déjà faites, indique le chirurgien.

"Ce type de transplantation nécessite en effet une évaluation", ajoute le Pr Lantiéri.

Il souligne la "grande difficulté pour trouver un donneur" en raison du tabou qui peut encore entourer ce don de visage après la mort : "J'ai fait le tour de France", dit-il.

Le don d'organes est la grande cause nationale 2009 (en France) et c'est une bonne nouvelle que l'on ait pu faire cette greffe", se réjouit-il.

"Actuellement j'ai encore trois patients en attente", souligne-t-il.

La première mondiale de greffe partielle de visage a été réalisée en 2005 à Amiens sur Isabelle Dinoire, 38 ans, qui avait été défigurée par son chien. Trois ans plus tard, elle expliquait avoir "fait beaucoup de kiné pour réactiver tous les muscles" et que "tout est redevenu normal question sensibilité", affirmant en parlant de cette seconde peau: "c’est comme moi, comme ma peau".

Un Chinois de 32 ans, Li Guoxing greffé en 2006 est mort en juillet 2008 dans son village des montagnes du sud-ouest de la Chine, après avoir délaissé ses médicaments anti-rejet au profit d'herbes médicinales traditionnelles, avait indiqué à l'AFP son médecin Guo Shuzhong.

Il avait été attaqué par un ours.
 

Première publication : 27/03/2009

COMMENTAIRE(S)