Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Tokyo en état d'alerte avant le tir de missile nord-coréen

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 27/03/2009

Alors que les États-Unis doivent rencontrer, ce vendredi, des représentants de la Corée du Sud et du Japon, Tokyo a annoncé qu'il serait prêt à détruire sur toute fusée nord-coréenne menaçant son territoire.

AFP - Le ministre japonais de la Défense a donné l'ordre vendredi à l'armée de se tenir prête à détruire toute fusée nord-coréenne qui menacerait de retomber sur le Japon.

"J'ai donné l'ordre nécessaire après que le conseil de sécurité (du gouvernement) a décidé ce matin de délivrer un ordre de destruction par avance", a déclaré le ministre Yasukazu Hamada, à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre Taro Aso et plusieurs membres importants du gouvernement.

Les Forces d'autodéfense, nom officiel de l'armée dans la Constitution pacifiste du Japon, sont donc désormais en alerte pour détruire tout objet volant nord-coréen ou débris de fusée qui menaceraient de retomber sur l'archipel.

La Corée du Nord a annoncé qu'elle allait mettre en orbite un "satellite de télécommunications" entre le 4 et le 8 avril, à l'aide d'un lanceur dont le premier étage devrait s'abimer en mer du Japon, non loin de la préfecture d'Akita (nord du Japon), et le deuxième dans l'océan Pacifique, entre le Japon et Hawaï.

Les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud soupçonnent le régime nord-coréen de vouloir en fait procéder à un essai de missile à longue portée, Taopodong-2.

Toutefois, le gouvernement japonais n'a pas envisagé de détruire la fusée si elle ne faisait que survoler l'archipel, mais uniquement si elle risquait de se diriger vers le Japon à la suite d'un incident ou d'une erreur de trajectoire.

"Nous ne pensons pas qu'un objet volant va retomber sur notre territoire, sauf accident, et nous espérons que la population va continuer à vivre normalement", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Takeo Kawamura.

"Que ce soit un missile ou un satellite, il est extrêmement désagréable qu'un objet survole le territoire japonais", a relevé le ministre de la Défense, ajoutant: "Nous ferons de notre mieux pour prendre en charge tout objet volant venant de Corée du Nord, afin d'assurer la sécurité du peuple japonais".

Interrogé sur la capacité du Japon à détruire une fusée en vol, M. Hamada a répondu: "Je n'ai aucun doute, nous en sommes capables".

Le Japon s'est doté, avec l'aide des Etats-Unis, d'un bouclier antimissile pour se protéger d'une éventuelle attaque nord-coréenne, qui repose sur un double rideau: des missiles mer-air SM-3 installés à bord de destroyers équipés du système de combat Aegis et des missiles sol-air Patriot.

Immédiatement après l'ordre donné à l'armée, deux destroyers japonais, le Chokai et le Kongo, tous deux équipés du système Aegis, ont quitté le port de Sasebo (sud-ouest) pour se positionner en Mer du Japon, a annoncé l'agence de presse Jiji.

Le Japon, tout comme les Etats-Unis, a demandé expressément à la Corée du Nord de renoncer à ce lancement, soulignant qu'il s'agirait d'une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Première publication : 27/03/2009

COMMENTAIRE(S)