Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Je veux une écologie constructive"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Larry Clark, rencontre avec l’enfant terrible du cinéma américain

En savoir plus

FOCUS

Shenzhen, du "made in China" au "created in China"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Xi Jinping ouvre le Forum de Davos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump défie l'Europe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Adama Barrow attend son investiture au Sénégal

En savoir plus

FRANCE

Mayotte pourrait devenir le premier département à 90 % muslman

Vidéo par Lucas MENGET , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2009

Si le "oui" l'emporte au référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le premier département français à plus de 90 % musulman. Quelques responsables religieux craignent que l’île ne perde son identité. Reportage à la mosquée de Mamoudzou.

A la veille du scrutin, quelques imams appellent toujours à voter "non", craignant une "acculturation" de l’île, qui pratique un islam modéré. Mais la plupart des Mahorais, religieux ou non, s'apprêtent à voter "oui".

 

Si le "oui" l’emporte lors du référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le 101e département français. Et le premier département français à plus de 90 % musulman.

 

La départementalisation va entraîner des changements dans les habitudes culturelles, par exemple la réduction des attributions du cadi (juge musulman) et la fin de la polygamie, ce que ne peut envisager l’imam de Mamoudzou.

 

Cependant, pour la majorité de la population, les bénéfices de la départementalisation, qui laisse entrevoir la stabilité et une amélioration progressive du niveau de vie, paraissent plus importants que la disparition des certaines coutumes.
 

Première publication : 28/03/2009

COMMENTAIRE(S)