Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

FRANCE

Mayotte pourrait devenir le premier département à 90 % muslman

Vidéo par Lucas MENGET , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2009

Si le "oui" l'emporte au référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le premier département français à plus de 90 % musulman. Quelques responsables religieux craignent que l’île ne perde son identité. Reportage à la mosquée de Mamoudzou.

A la veille du scrutin, quelques imams appellent toujours à voter "non", craignant une "acculturation" de l’île, qui pratique un islam modéré. Mais la plupart des Mahorais, religieux ou non, s'apprêtent à voter "oui".

 

Si le "oui" l’emporte lors du référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le 101e département français. Et le premier département français à plus de 90 % musulman.

 

La départementalisation va entraîner des changements dans les habitudes culturelles, par exemple la réduction des attributions du cadi (juge musulman) et la fin de la polygamie, ce que ne peut envisager l’imam de Mamoudzou.

 

Cependant, pour la majorité de la population, les bénéfices de la départementalisation, qui laisse entrevoir la stabilité et une amélioration progressive du niveau de vie, paraissent plus importants que la disparition des certaines coutumes.
 

Première publication : 28/03/2009

COMMENTAIRE(S)