Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

MODE

Anti_Fashion, mais pas anti-mode !

En savoir plus

FRANCE

Mayotte pourrait devenir le premier département à 90 % muslman

Vidéo par Lucas MENGET , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2009

Si le "oui" l'emporte au référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le premier département français à plus de 90 % musulman. Quelques responsables religieux craignent que l’île ne perde son identité. Reportage à la mosquée de Mamoudzou.

A la veille du scrutin, quelques imams appellent toujours à voter "non", craignant une "acculturation" de l’île, qui pratique un islam modéré. Mais la plupart des Mahorais, religieux ou non, s'apprêtent à voter "oui".

 

Si le "oui" l’emporte lors du référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le 101e département français. Et le premier département français à plus de 90 % musulman.

 

La départementalisation va entraîner des changements dans les habitudes culturelles, par exemple la réduction des attributions du cadi (juge musulman) et la fin de la polygamie, ce que ne peut envisager l’imam de Mamoudzou.

 

Cependant, pour la majorité de la population, les bénéfices de la départementalisation, qui laisse entrevoir la stabilité et une amélioration progressive du niveau de vie, paraissent plus importants que la disparition des certaines coutumes.
 

Première publication : 28/03/2009

COMMENTAIRE(S)