Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

FRANCE

Mayotte pourrait devenir le premier département à 90 % muslman

Vidéo par Lucas MENGET , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2009

Si le "oui" l'emporte au référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le premier département français à plus de 90 % musulman. Quelques responsables religieux craignent que l’île ne perde son identité. Reportage à la mosquée de Mamoudzou.

A la veille du scrutin, quelques imams appellent toujours à voter "non", craignant une "acculturation" de l’île, qui pratique un islam modéré. Mais la plupart des Mahorais, religieux ou non, s'apprêtent à voter "oui".

 

Si le "oui" l’emporte lors du référendum de dimanche, Mayotte deviendrait le 101e département français. Et le premier département français à plus de 90 % musulman.

 

La départementalisation va entraîner des changements dans les habitudes culturelles, par exemple la réduction des attributions du cadi (juge musulman) et la fin de la polygamie, ce que ne peut envisager l’imam de Mamoudzou.

 

Cependant, pour la majorité de la population, les bénéfices de la départementalisation, qui laisse entrevoir la stabilité et une amélioration progressive du niveau de vie, paraissent plus importants que la disparition des certaines coutumes.
 

Première publication : 28/03/2009

COMMENTAIRE(S)