Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Amériques

L'UE prête à aider Obama sur le front afghan

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Dernière modification : 28/03/2009

Réunis à Hluboka nad Vltavou, en République tchèque, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont répondu favorablement à l'appel d'Obama en renforçant leur action civile en Afghanistan et leur aide économique au Pakistan.


AFP -
Les chefs de la diplomatie européenne se sont déclarés prêts vendredi à accroître leur action civile en Afghanistan et leur aide économique au Pakistan pour soutenir la nouvelle stratégie présentée par le président américain Barack Obama.

Réunis à Hluboka nad Vltavou, dans le sud de la République tchèque, plusieurs ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont montrés disposés - comme le ministre tchèque Karel Schwarzenberg dont le pays préside l'UE - à "en faire plus" pour l'Afghanistan. Des gages de bonne volonté donnés juste avant que M. Obama n'appelle solennellement les alliés de Washington à apporter une aide civile accrue à ce pays.

"Je crois que l'annonce du président (Obama) aujourd'hui résonnera très fortement chez les Européens qui reconnaissent que dans les deux pays (Afghanistan et Pakistan), il y a beaucoup de travail que nous pouvons faire ensemble et que cela demande une relation transatlantique forte", a déclaré le ministre britannique David Miliband.

En attendant le sommet de l'Otan des 3 et 4 avril à Strasbourg/Kehl, où M. Obama et ses alliés européens devraient discuter plus précisément de leurs contributions respectives - y compris militaire - à cette nouvelle stratégie, puis le sommet UE-USA du 5 avril à Prague, l'UE a deux projets civils pour renforcer son action en Afghanistan dans les semaines qui viennent.

Elle s'est engagée à envoyer, si la sécurité le permet, des observateurs pour veiller au on déroulement des élections locales et présidentielle, et à augmenter sa mission de formation de la police afghane en la portant à 400 policiers européens d'ici juin, contre quelque 250 actuellement.

Le ministre français Bernard Kouchner a précisé vendredi que la France était prête à envoyer 150 gendarmes pour former la police afghane, si d'autres pays européens étaient prêts à lui emboîter le pas. Ce qui permettrait, selon le ministre français, d'envoyer au total, dans le cadre de la force de gendarmerie européenne, entre 300 et 500 formateurs "sur le terrain" avec la police afghane.

L'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie et l'Espagne participent à cette force et M. Kouchner a souligné que la Pologne et la Turquie pourraient aussi contribuer.

La commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, a laissé entendre que Bruxelles annoncerait une augmentation de son aide financière à l'Afghanistan lors de la conférence internationale consacrée à ce pays, à La Haye mardi prochain.

"Nous allons certainement contribuer à une augmentation de l'action civile en ayant plus d'argent disponible", a-t-elle ajouté. "Il est possible que j'annonce un chiffre" à La Haye.

L'aide civile globale de la Commission européenne se chiffre pour l'instant à 610 millions d'euros pour la période 2007-2010.

Quant au Pakistan - que la nouvelle stratégie américaine lie désormais étroitement à la question afghane - David Miliband a appelé l'UE à le soutenir, en organisant un premier sommet UE-Pakistan et en discutant d'un "accord de libre-échange" avec Islamabad.

Début décembre, l'Union européenne avait signalé sa volonté de renforcer ses liens avec le Pakistan en évoquant la possibilité d'organiser un tel sommet d'ici la fin juin.

Aucune date n'a encore été fixée, mais il pourrait avoir lieu "en juin", a indiqué vendredi le ministre suédois Carl Bildt.

M. Miliband a aussi évoqué vendredi la possibilité de signer un accord de libre-échange avec ce pays, alors qu'en décembre, les responsables de l'UE avaient estimé que parler d'un tel accord était "prématuré".

Première publication : 28/03/2009

COMMENTAIRE(S)