Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Les cadres de Renault font un geste pour les chômeurs partiels

Dernière modification : 29/03/2009

Conformément au "contrat social de crise", signé par quatre syndicats, des cadres et des ingénieurs du constructeur automobile français ont accepté d'abandonner des jours de RTT afin de financer l'indemnisation du chômage partiel.

AFP - Quatre syndicats de Renault, la CFE-CGC, la CFDT, FO et la CFTC ont signé "le contrat social de crise" qui prévoit l'indemnisation du chômage partiel à hauteur de 100% du salaire net, a-t-on appris samedi auprès de la direction du constructeur automobile.

L'accord, qui s'appliquera à partir du 1er avril aux 40.000 salariés de la maison-mère, a été rendu possible grâce au geste des cadres et ingénieurs qui devront abonder un fonds par des jours de RTT.

La CFE-CGE et la CFDT ont été les premiers à signer l'accord, suivis dans la foulée par FO et la CFTC. Selon la direction, trois signatures étaient nécessaires pour l'entrée en vigueur de l'accord.

Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire a été programmé pour le 3 avril, a précisé une porte-parole de Renault.

La CGT, premier syndicat du constructeur automobile, "consulte ses adhérents" pour une éventuelle signature, avait indiqué mardi son délégué Fabien Gâche.

Pour la CFE-CGC, "la solidarité inter-statut a été l’élément moteur qui, par l’abandon de 8 jours maximum de RTT en 2009 par les cadres et les techniciens, permettront de payer le chômage partiel des autres catégories".

La CFDT, qui souhaite élargir cet accord aux filiales du groupe, a estimé que "les efforts consentis par les salariés de Renault mettent l’entreprise en situation de résistance face à la crise".

Le directeur général délégué de Renault, Patrick Pelata, avait confirmé mercredi l'intention du groupe de continuer à réduire sa masse salariale grâce à un recours accru au temps partiel, dans le cadre de cet accord.

Renault espère ainsi dégager des économies supplémentaires de 10% sur la masse salariale par rapport au plan de départs volontaires annoncé en juillet.

Dans le cadre de ce plan, les effectifs seront réduits de 9.000 personnes cette année, dont environ la moitié en France, passant de 129.000 à 120.000 salariés.

Première publication : 29/03/2009

COMMENTAIRE(S)