Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

Economie

Les cadres de Renault font un geste pour les chômeurs partiels

©

Dernière modification : 29/03/2009

Conformément au "contrat social de crise", signé par quatre syndicats, des cadres et des ingénieurs du constructeur automobile français ont accepté d'abandonner des jours de RTT afin de financer l'indemnisation du chômage partiel.

AFP - Quatre syndicats de Renault, la CFE-CGC, la CFDT, FO et la CFTC ont signé "le contrat social de crise" qui prévoit l'indemnisation du chômage partiel à hauteur de 100% du salaire net, a-t-on appris samedi auprès de la direction du constructeur automobile.

L'accord, qui s'appliquera à partir du 1er avril aux 40.000 salariés de la maison-mère, a été rendu possible grâce au geste des cadres et ingénieurs qui devront abonder un fonds par des jours de RTT.

La CFE-CGE et la CFDT ont été les premiers à signer l'accord, suivis dans la foulée par FO et la CFTC. Selon la direction, trois signatures étaient nécessaires pour l'entrée en vigueur de l'accord.

Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire a été programmé pour le 3 avril, a précisé une porte-parole de Renault.

La CGT, premier syndicat du constructeur automobile, "consulte ses adhérents" pour une éventuelle signature, avait indiqué mardi son délégué Fabien Gâche.

Pour la CFE-CGC, "la solidarité inter-statut a été l’élément moteur qui, par l’abandon de 8 jours maximum de RTT en 2009 par les cadres et les techniciens, permettront de payer le chômage partiel des autres catégories".

La CFDT, qui souhaite élargir cet accord aux filiales du groupe, a estimé que "les efforts consentis par les salariés de Renault mettent l’entreprise en situation de résistance face à la crise".

Le directeur général délégué de Renault, Patrick Pelata, avait confirmé mercredi l'intention du groupe de continuer à réduire sa masse salariale grâce à un recours accru au temps partiel, dans le cadre de cet accord.

Renault espère ainsi dégager des économies supplémentaires de 10% sur la masse salariale par rapport au plan de départs volontaires annoncé en juillet.

Dans le cadre de ce plan, les effectifs seront réduits de 9.000 personnes cette année, dont environ la moitié en France, passant de 129.000 à 120.000 salariés.

Première publication : 29/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)