Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

Asie - pacifique

Karzaï demande à l'ONU de retirer certains Taliban de sa liste noire

Dernière modification : 29/03/2009

Le président Hamid Karzaï a appelé l'ONU à rayer de sa liste noire les noms des Taliban modérés avec qui les autorités pourront entamer un dialogue de paix, comme le prévoit la nouvelle stratégie américaine en Afghanistan.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï a appelé samedi l'ONU à rayer de sa liste noire les noms des chefs talibans qui ne sont pas liés au réseau Al-Qaïda, comme première étape vers un futur dialogue de paix.

M. Karzaï avait auparavant salué la nouvelle stratégie des Etats-Unis contre le terrorisme en Afghanistan, y compris une éventuelle réconciliation avec certains des insurgés.

"Alors que nous parlons d'un processus de paix avec les talibans, nous devons aussi veiller à créer l'environnement adéquat pour un tel processus", a-t-il déclaré à la presse.

"Un environnement adéquat signifie en premier lieu examiner la liste entre les mains des Nations unies et en enlever les noms de ceux qui ne font pas partie d'Al-Qaïda ni des réseaux terroristes", a ajouté le président afghan.

"Ces noms doivent être retirés de la liste", a-t-il dit.

Hamid Karzaï, interrogé à ce propos, a cependant évité de dire s'il pensait que le nom de l'ancien chef du régime taliban, Mullah Omar, devait être rayé de la liste.

"Je n'ai aucun nom en particulier à mentionner à présent", a-t-il expliqué. "Je parle de principes".

M. Karzaï avait par le passé offert une amnistie à Mullah Omar et proposé d'engager un dialogue avec lui, bien qu'il figure sur une liste noire des Etats-Unis, s'il cessait le combat et acceptait la Constitution du régime post-talibans.

Mullah Omar avait refusé tout dialogue sans retrait des troupes étrangères, 75.000 soldats actuellement, déployées en Afghanistan pour aider le gouvernement de Kaboul à combattre l'insurrection des talibans.

Ceux-ci ont dirigé l'Afghanistan entre 1996 et 2001, avant de se voir chassés du pouvoir par l'offensive militaire menée par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre.

La liste des Nations unies, selon le site web de l'ONU, comprend les noms de 142 personnes liées aux talibans et de 254 personnes liées à Al-Qaïda.

Première publication : 29/03/2009

COMMENTAIRE(S)