Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Karzaï demande à l'ONU de retirer certains Taliban de sa liste noire

©

Dernière modification : 29/03/2009

Le président Hamid Karzaï a appelé l'ONU à rayer de sa liste noire les noms des Taliban modérés avec qui les autorités pourront entamer un dialogue de paix, comme le prévoit la nouvelle stratégie américaine en Afghanistan.

AFP - Le président afghan Hamid Karzaï a appelé samedi l'ONU à rayer de sa liste noire les noms des chefs talibans qui ne sont pas liés au réseau Al-Qaïda, comme première étape vers un futur dialogue de paix.

M. Karzaï avait auparavant salué la nouvelle stratégie des Etats-Unis contre le terrorisme en Afghanistan, y compris une éventuelle réconciliation avec certains des insurgés.

"Alors que nous parlons d'un processus de paix avec les talibans, nous devons aussi veiller à créer l'environnement adéquat pour un tel processus", a-t-il déclaré à la presse.

"Un environnement adéquat signifie en premier lieu examiner la liste entre les mains des Nations unies et en enlever les noms de ceux qui ne font pas partie d'Al-Qaïda ni des réseaux terroristes", a ajouté le président afghan.

"Ces noms doivent être retirés de la liste", a-t-il dit.

Hamid Karzaï, interrogé à ce propos, a cependant évité de dire s'il pensait que le nom de l'ancien chef du régime taliban, Mullah Omar, devait être rayé de la liste.

"Je n'ai aucun nom en particulier à mentionner à présent", a-t-il expliqué. "Je parle de principes".

M. Karzaï avait par le passé offert une amnistie à Mullah Omar et proposé d'engager un dialogue avec lui, bien qu'il figure sur une liste noire des Etats-Unis, s'il cessait le combat et acceptait la Constitution du régime post-talibans.

Mullah Omar avait refusé tout dialogue sans retrait des troupes étrangères, 75.000 soldats actuellement, déployées en Afghanistan pour aider le gouvernement de Kaboul à combattre l'insurrection des talibans.

Ceux-ci ont dirigé l'Afghanistan entre 1996 et 2001, avant de se voir chassés du pouvoir par l'offensive militaire menée par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre.

La liste des Nations unies, selon le site web de l'ONU, comprend les noms de 142 personnes liées aux talibans et de 254 personnes liées à Al-Qaïda.

Première publication : 29/03/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)