Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

SCIENCES

L'Homme est-il "marso-compatible" ? (2)

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/07/2009

Six personnes participent en Russie à la plus importante mission européenne de simulation de vol habité vers Mars. Pendant 105 jours, ils vivront en confinement total afin de savoir si l'Homme peut supporter les conditions d'un tel vol.

Plus grand, plus gros. Sous l’effet de la micro-gravité qui règne dans l’astronef, la colonne vertébrale va s’allonger et les astronautes vont grandir de six centimètres environ. Dans le même temps, le visage et les mains vont gonfler. On est certes loin du bibendum géant, mais ces mutations vont affecter la coordination des mouvements.

 

L’effet ménopause. Les missions spatiales ont démontré que les astronautes perdent en moyenne 1 à 2 % de densité osseuse par mois. L’ostéoporose spatiale est pour l’égalité des sexes et un voyage vers Mars correspondrait, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, à une perte

de masse osseuse équivalente à deux ans d’ostéoporose post-ménopause chez une femme. Cette masse ne disparaît pas comme par magie et son évacuation par le corps augmente sensiblement les risques de calculs rénaux.
 

Des bactéries plus méchantes. Les maladies aiment l’espace. Les bactéries s’y développent beaucoup plus vite et deviennent bien plus virulentes que sur Terre. Le stress, la tension et la fatigue exposent davantage les astronautes aux maladies. L’habitat doit donc être parfaitement stérile. Seul souci, comme le vol doit s’effectuer en autonomie complète, des plantes feront forcément parties du voyage. Autant de nids à bactéries potentiels.
 
Le corps tout chamboulé. La micro-gravité va encore faire des siennes. Le centre de gravité va se déplacer de l’estomac à la cage thoracique, le cœur va rapetisser ce qui entraînera une diminution du volume sanguin. Les astronautes connaîtront des variations soudaines de la pression et les risques cardiaques seront démultipliés. Heureusement, le corps s’adapte. Mais au retour sur Terre, le soudain changement de gravité va être le plus pénible. Étourdissementss, vomissements et difficultés à tenir debout : c’est pourquoi on voit souvent des astronautes en chaise roulante sur la base d’atterrissage.

SOS par SMS. Le SMS est le mal de l’espace. Littéralement Space motion sickness. Il a les mêmes effets que le mal de mer. L

es astronautes vont perdre leurs repères, auront des problèmes de mémoires et leur coordination va baisser. C’est pourquoi ils se préparent souvent des checks-lists de choses à faire. Heureusement, cet effet ne dure que trois jours.

La gravité artificielle. Impossible d’effectuer un voyage vers Mars sans gravité artificielle. Deux scénarii sont à l’étude : un système de rotation du vaisseau, très couteux, ou alors une sorte d’immense machine à laver dans l’astronef qui servirait de centrifuge et auprès de laquelle les astronautes viendraient se recharger en gravité.

Première publication : 30/03/2009