Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

EUROPE

Premier sauvetage public d'une caisse d'épargne espagnole

Dernière modification : 30/03/2009

Première opération de sauvetage d'une entité financière espagnole depuis le début de la crise financière internationale, la caisse d'épargne de Castille-la-Manche a été placée sous tutelle et devrait recevoir des fonds publics.

AFP - La Banque d'Espagne et le gouvernement ont dû sauver dimanche, pour la première fois depuis le début de la crise, un établissement financier, la caisse d'épargne de Castille-la-Manche, qui va recevoir des fonds publics et dont le conseil d'administration a été remplacé.

La Banque d'Espagne a placé sous tutelle la caisse d'épargne de Castille-la-Manche (CCM) en nommant des administrateurs en remplacement de la direction sortante, selon un communiqué de la banque centrale.

De plus, le gouvernement a avalisé dimanche lors d'un conseil des ministres extraordinaire un apport en liquidités de la Banque d'Espagne, d'un montant maximal de neuf milliards d'euros.

"Il ne s'agit pas d'une injection de capital public ou d'une nationalisation, mais d'un apport en liquidités publiques" destinées à permettre à la banque de surmonter ses problèmes de financement, a déclaré le ministre de l'Economie Pedro Solbes lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil.

Le gouvernement n'est donc pas en train de combler un trou financier, mais de fournir de manière extraordinaire des liquidités à une entité dont le patrimoine n'est pas suffisement liquide pour lui permettre de surmonter cette situation, selon M. Solbes.

Il a minimisé la portée de cette intervention en déclarant que CCM représente moins de 1% des actifs du système financier espagnol.

La vice-présidente du gouvernement socialiste, Maria Teresa Fernandez de la Vega, a assuré aux clients que "la Banque d'Espagne et le gouvernement garantissent leur épargne et leurs dépôts".

C'est la première opération de sauvetage d'une entité financière espagnole depuis le début de la crise financière internationale.

La CCM semblait en difficulté depuis plusieurs mois et avait élaboré un projet de fusion avec une autre caisse d'épargne régionale, Unicaja, d'Andalousie (sud).

Mais les négociations n'ont pas abouti, ce qui a poussé au sauvetage public, selon M. Solbes.

Les grandes banques espagnoles, telles que Santander et BBVA, ont été relativement épargnées par la crise financière. Aucune d'entre elles n'a dû être secourue.

Toutefois, des préoccupations sont apparues concernant des caisses d'épargne régionales, des établissement plus petits au champ d'activité plus restreint, davantage exposés à l'éclatement de la bulle immobilière espagnole.

Selon le journal El Mundo citant des documents internes à la banque d'Espagne, CCM pâtirait notamment d'avoir octroyé beaucoup de crédits à des promoteurs immobiliers locaux.

La crise financière internationale et l'éclatement de la bulle immobilière espagnole ont fait basculer le pays dans la récession fin 2008, pour la première fois depuis 1993.

Pedro Solbes a déclaré dimanche qu'il "n'y a aucune autre entité" qui risque de devoir avoir recours à l'aide des pouvoirs publics, tout en répétant que si les difficultés liées à la crise se poursuivaient, "personne n'était immunisé".

Jusqu'ici, le gouvernement s'est borné à garantir les prêt interbancaires ou à acquérir certains actifs pour fournir aux banques des liquidités.

Selon des informations de presse, CCM avait octroyé des crédits pour un montant de 19,536 milliards d'euros à la fin 2008 et conservait des dépôts de ses clients pour 17,265 milliards d'euros, garantis par un fonds officiel.

Il s'agit de la première opération de sauvetage d'un établissement financier en Espagne depuis celle de Banesto, par la suite acquise par Santander, en 1993.

Première publication : 30/03/2009

COMMENTAIRE(S)