Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

La nouvelle stratégie américaine au cœur des débats

Vidéo par Laure DE MATOS

Texte par Nicolas DE SCITIVAUX

Dernière modification : 31/03/2009

Quelque 700 délégués venus de 72 pays participent à La Haye, aux Pays-Bas, à la conférence internationale sur l'avenir de l'Afghanistan, parmi lesquels un émissaire iranien et la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton.

Pour sa première visite officielle en Europe, la nouvelle secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, s’attaque au difficile dossier de l’Afghanistan.

 

Représentant les États-Unis à la grande conférence internationale sur l'avenir de l'Afghanistan qui s’ouvre à La Haye, elle défendra la nouvelle stratégie de l’administration Obama.

 

Nouvelle stratégie américaine en Afghanistan

  

Vendredi, le président américain, Barack Obama, a annoncé une nette augmentation de l'engagement militaire et civil en Afghanistan, couplé à une hausse de l'aide économique au Pakistan, estimant que l’avenir des deux pays était lié.

 

Il a également souhaité redéfinir les objectifs à long terme de la coalition en Afghanistan.

  

Il s’agit désormais de "désorganiser, démanteler et vaincre Al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan et empêcher son retour dans l'un ou l'autre de ces pays à l'avenir", abandonnant la notion très critiquée de "guerre contre le terrorisme", instaurée par son prédécesseur.

 

"Nous ne sommes pas en Afghanistan pour contrôler ce pays ni pour dicter son avenir", a précisé le président américain.

 

Selon Barack Obama, la situation en Afghanistan est "de plus en plus dangereuse", les violences des insurgés y ayant redoublé d'intensité depuis deux ans.

 

Concrètement, il souhaite le déploiement de quelque 4 000 soldats supplémentaires pour former les forces de sécurité afghanes, en plus des 75 000 soldats étrangers, dont 38 000 Américains déjà sur place.

 

L'objectif est de faire passer les effectifs de l'armée afghane à 134 000 d'ici deux ans et ceux de la police à 82 000.

 

L’administration américaine a par ailleurs avancé il y a quelques semaines l’idée de négocier avec les Taliban "modérés".

 

L’Iran invité aux débats

 

Autre changement radical avec l’administration précédente, l’arrivée de l’Iran à la table des négociations.

 

Plus qu’un signe de réchauffement, la présence de représentants iraniens pourrait marquer un tournant stratégique dans la guerre contre les Taliban.

 

Lundi soir, Hillary Clinton a indiqué avoir "hâte d'entendre" les propositions de Téhéran.

 

L’Iran, à majorité musulmane chiite, s'est pendant longtemps opposé aux Taliban, sunnites. Le pays accueille également une importante population de réfugiés afghans, et lutte contre le transit d'héroïne afghane par son territoire.
 

Première publication : 31/03/2009

COMMENTAIRE(S)