Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

SCIENCES

Le ver qui fait penser à un poisson

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/04/2009

Internet redoutait le 1er avril, jour annoncé où le ver "conficker" devait éclore pour montrer toute sa puissance de nuisance. Mais ce virus informatique ne semble pas avoir pris son essor. Chronique d’une panique médiatique.

L’apocalypse d’Internet aura lieu le 1er avril. Foi de virus "conficker" ou poisson mouillé de saison ? Et même si le jour dit rien de notable ne s’est encore produit, certains continuent à penser que ce ver malicieux a franchi une étape charnière. Pas facile en effet de calmer les esprits après plusieurs mois de franche panique médiatique sur la Toile.
 

De quoi s’agit-il ? D’un virus, détecté pour la première fois l’an dernier, qui aurait pris ses aises sur plusieurs millions d’ordinateurs. Les statistiques les plus alarmistes  évoquent 20 millions de PC touchés avec une forte présence en Asie et en Europe.
 

En novembre, des experts en sécurité dévoilent qu’une ligne de code de "conficker" (la manière dont il est programmé) prévoit que quelque chose va se produire le 1er avril. Un flou artistique qui permet toutes les craintes. A tel point qu’une "Conficker task force" voit même le jour, regroupant Microsoft, Symantec et Verisign. Un tel déploiement de poids-lourds de l’informatique pour un seul petit ver ? Du jamais vu.
 

La chasse aux pirates est ouverte

 

Sans trop en être sûr, on craint en effet que le moment venu le virus permette à son ou ses concepteurs de prendre le contrôle de tous les ordinateurs infectés. La chasse aux pirates est donc lancée. Les spécialistes le traque en Russie avant de se tourner vers la Chine, contribuant à la psychose actuelle de foyers cachés tel que le "Ghost Net" chinois - un réseau dormant de pirates - dénoncé par un récent rapport canadien.
 

Le 1er avril, les sociétés de sécurité informatique ont bien noté que le virus, qui dormait sagement jusqu’à présent, s’est mis à communiquer avec l’extérieur. Mais rien d’apocalyptique. Les seuls, pour l’instant, à regretter amèrement ce virus sont ceux qui se sont rués sur la ribambelle de soi-disant programmes qui ont vu le jour pour"protéger les ordinateurs contre "conficker". La plupart se sont en effet révélés contenir eux-mêmes de vrais virus.

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)