Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

General Motors pourrait être scindé en deux entités

Dernière modification : 01/04/2009

Le gouvernement américain aurait l'intention de scinder le constructeur automobile General Motors en deux compagnies pour le conduire vers une faillite "sous contrôle", affirme le "New York Times", citant des sources proches du dossier.

AFP - Le gouvernement américain envisage de conduire le constructeur automobile General Motors à une faillite "sous contrôle", en persuadant certains de ses créditeurs d'approuver un plan qui scinderait le groupe en deux, affirme mercredi le New York Times (NYT).

Un dépôt de bilan étroitement surveillé par les autorités se situerait "quelque part entre une faillite préconditionnée et un chaos judiciaire", explique sur son site internet le quotidien américain, citant des sources proches du dossier.

"Au lieu d'obtenir la signature de l'ensemble des créanciers du groupe, comme c'est typiquement requis pour des accords préconditionnés (précédant une procédure de faillite), l'administration utilise la promesse d'un financement par les contribuables", commente le NYT.

Les autorités "semblent reprendre une recette utilisée dans le secteur financier, avec l'objectif de créer un nouveau GM, plus sain, en laissant derrière ses dettes et ses actifs les moins intéressants, peut-être pour une liquidation", poursuit le journal.

Selon le plan en cours d'élaboration par le gouvernement, General Motors demanderait une procédure de faillite "pré-arrangée" en faisant usage de la section 363 de la loi américaine des faillites, afin de vendre ses actifs sains -- pouvant inclure Cadillac et Chevrolet -- à une nouvelle entreprise financée par le gouvernement, précise-t-il.

Ces projets sont toujours en discussion et sujets à changement, tempère le NYT.

General Motors sera en mesure de prendre la décision de déposer ou non son bilan avant l'échéance de 60 jours fixée par l'administration du président Obama, a assuré mardi le nouveau patron du groupe, Fritz Henderson.

Le groupe de travail sur l'automobile mis en place par M. Obama avait estimé lundi qu'un dépôt de bilan de GM, suivi d'une restructuration sous contrôle judiciaire, pourrait constituer la "meilleure chance de succès" pour l'avenir du constructeur.

GM avait alors indiqué intégrer désormais dans ses plans la possibilité d'un dépôt de bilan, un scénario qu'il avait jusqu'ici rejeté, au motif que les consommateurs pourraient bouder les produits d'une entreprise en faillite.

 

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)