Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Economie

General Motors pourrait être scindé en deux entités

Dernière modification : 01/04/2009

Le gouvernement américain aurait l'intention de scinder le constructeur automobile General Motors en deux compagnies pour le conduire vers une faillite "sous contrôle", affirme le "New York Times", citant des sources proches du dossier.

AFP - Le gouvernement américain envisage de conduire le constructeur automobile General Motors à une faillite "sous contrôle", en persuadant certains de ses créditeurs d'approuver un plan qui scinderait le groupe en deux, affirme mercredi le New York Times (NYT).

Un dépôt de bilan étroitement surveillé par les autorités se situerait "quelque part entre une faillite préconditionnée et un chaos judiciaire", explique sur son site internet le quotidien américain, citant des sources proches du dossier.

"Au lieu d'obtenir la signature de l'ensemble des créanciers du groupe, comme c'est typiquement requis pour des accords préconditionnés (précédant une procédure de faillite), l'administration utilise la promesse d'un financement par les contribuables", commente le NYT.

Les autorités "semblent reprendre une recette utilisée dans le secteur financier, avec l'objectif de créer un nouveau GM, plus sain, en laissant derrière ses dettes et ses actifs les moins intéressants, peut-être pour une liquidation", poursuit le journal.

Selon le plan en cours d'élaboration par le gouvernement, General Motors demanderait une procédure de faillite "pré-arrangée" en faisant usage de la section 363 de la loi américaine des faillites, afin de vendre ses actifs sains -- pouvant inclure Cadillac et Chevrolet -- à une nouvelle entreprise financée par le gouvernement, précise-t-il.

Ces projets sont toujours en discussion et sujets à changement, tempère le NYT.

General Motors sera en mesure de prendre la décision de déposer ou non son bilan avant l'échéance de 60 jours fixée par l'administration du président Obama, a assuré mardi le nouveau patron du groupe, Fritz Henderson.

Le groupe de travail sur l'automobile mis en place par M. Obama avait estimé lundi qu'un dépôt de bilan de GM, suivi d'une restructuration sous contrôle judiciaire, pourrait constituer la "meilleure chance de succès" pour l'avenir du constructeur.

GM avait alors indiqué intégrer désormais dans ses plans la possibilité d'un dépôt de bilan, un scénario qu'il avait jusqu'ici rejeté, au motif que les consommateurs pourraient bouder les produits d'une entreprise en faillite.

 

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)