Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Le pays n'est pas lié par Annapolis, selon Lieberman

Vidéo par Marion GAUDIN , Céline BRUNEAU

Dernière modification : 02/04/2009

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères affirme que l'État hébreu n'est pas lié par le processus d'Annapolis de 2007, au cours duquel le Premier ministre d'alors avait accepté de relancer les négociations de paix.

AFP - Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a affirmé mercredi qu'Israël n'était pas lié par le processus d'Annapolis (Etats-Unis) ayant relancé les négociations de paix avec les Palestiniens en novembre 2007.

"Il n'y a qu'un seul document qui nous lie et ce n'est pas la conférence d'Annapolis (...), seulement la Feuille de route", a déclaré M. Lieberman pendant la cérémonie de passation de pouvoir au ministère israélien des Affaires étrangères avec son prédécesseur, Tzipi Livni.

"Le gouvernement israélien et la Knesset (Parlement) n'ont jamais adopté Annapolis", a-t-il ajouté.

Les Palestiniens ont immédiatement réagi à ces propos en estimant que M. Lieberman était un "obstacle à la paix".

"Ce ministre constitue un obstacle à la paix. Il causera du tort à Israël en premier", a déclaré à l'AFP Yasser Abed Rabbo, un proche collaborateur du président palestinien Mahmoud Abbas.

"Rien ne nous oblige à traiter avec un personnage raciste et hostile à la paix comme le ministre israélien des Affaires étrangères Lieberman", a-t-il ajouté.

De son côté, la nouvelle chef de l'opposition israélienne et prédécesseur de M. Lieberman, Tzipi Livni, a déclaré : "ce discours prouve combien j'ai eu raison de ne pas entrer dans la coalition" gouvernementale du nouveau Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Inaugurée à l'été 2003, la Feuille de route est un plan de paix préparé par le Quartette international pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU) qui prévoit la création d'un Etat palestinien au côté d'Israël.

Ce plan est largement resté lettre morte depuis.

A Annapolis, le Premier ministre israélien Ehud Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas avaient convenu de relancer les négociations de paix, alors au point mort depuis sept ans, pour parvenir à un accord sur un Etat palestinien, comme prévu par la Feuille de route.

"Nous respecterons les accords signés par les précédents gouvernements et, bien que j'aie voté contre la Feuille de route, ce document ayant été adopté par le gouvernement israélien, c'est le seul que nous respecterons", a précisé M. Lieberman.

"Nous suivrons précisément la Feuille de route", a-t-il poursuivi. "Je n'accepterai pas de sauter des étapes (...). Nous exigeons en échange du respect par Israël de chaque point que les Palestiniens fassent la même chose, y compris le démantèlement des organisations terroristes et la mise en place d'un pouvoir stable", a-t-il déclaré.

Lors de son investiture mardi à la Knesset, le nouveau Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu s'est dit prêt à négocier un accord de paix avec l'Autorité palestinienne, mais n'a pas parlé d'un Etat palestinien, s'attirant des critiques acerbes de Mahmoud Abbas.

L'Union européenne a pressé M. Netanyahu d'accepter un règlement basé sur deux Etats, faute de quoi elle a menacé d'en "tirer les conséquences".

Le président américain Barack Obama a lui aussi estimé que le statu quo dans le conflit israélo-palestinien était "intenable", jugeant "crucial" que l'on progresse "vers une solution à deux Etats".

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)