Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Un manifestant est mort à Londres lors des défilés anticapitalistes

Vidéo par Hélène DROUET

Dernière modification : 02/04/2009

Un manifestant qui participait aux défilés anticapitalistes organisés jeudi à Londres en marge du sommet du G20 a été retrouvé mort. La police indique avoir découvert l'homme gisant dans une rue près de la Banque d'Angleterre.

AFP - Aux cris de "Mangez les riches", des milliers de manifestants ont pris d'assaut mercredi le centre financier de Londres, laissant éclater leur colère à la veille du G20 en brisant les vitres de la banque RBS au coeur de la City.

"Pourriture", "Surmontez l'inflation - mangez les riches" ou encore "Voyou": la façade des bureaux de la banque RBS, à proximité de la Banque d'Angleterre, porte les stigmates de l'assaut mené par quelques manifestants encagoulés en début d'après-midi.

Plusieurs d'entre eux sont même parvenus à entrer dans le bâtiment, inoccupé mercredi, après avoir brisé des vitres et à jeter des équipements informatiques vers l'extérieur. Ils ont rapidement été refoulés par la police anti-émeute.

Un manifestant qui prenait part au rassemblement est mort, ont annoncé les services hospitaliers londoniens.

Les circonstances de la mort n'étaient pas élucidées. Plusieurs personnes avaient été blessées lorsque des manifestants contenus par un cordon de police qui s'étaient massés contre des barrières de sécurité, près de la Banque d'Angleterre.

La victime est tombée sur le sol et est restée sans connaissance, amenant les services hospitaliers à appeler les services d'urgence, mais trop tard.

L'homme est mort à l'intérieur d'un cordon policier sur St Michael's Alley, non loin de la Banque d'Angleterre.

"J'ai été agressé par la police, nous attendions debout quand un cordon de police a poussé dans un sens et un autre cordon nous poussait dans l'autre", a expliqué Neil Caffrey, chômeur de 45 ans, sa pommette gauche couverte de sang s'écoulant d'une coupure à l'oeil.

"Je suis venu pour une manifestation pacifique. Je suis contre le capitalisme et la guerre", a-t-il relevé.

La manifestation, qui a rassemblé quelque 4.000 personnes, avait pourtant commencé dans le calme, sous un soleil radieux et au rythme d'une fanfare jazzy façon Nouvelle-Orléans, de musique électronique ou de reggae, suivant l'emplacement.

Mais la tension est montée, provoquant quelques échauffourées avec les forces de l'ordre, lorsque la foule a réalisé que la police omniprésente avait complètement bouclé le périmètre, empêchant quiconque d'entrer ou de sortir pendant des heures.

"Je suis ici pour faire entendre ma voix de la seule façon dont je puisse le faire légalement. Et le gouvernement ne réagit pas. Le gouvernement doit passer à l'action", a expliqué à l'AFP Ysabel Jones, mère de famille de 38 ans.

"J'ai cinq enfants. Je veux qu'ils aient accès à l'eau potable, qu'ils aient accès à la propriété. Nous avons besoin d'un peu de liberté", a-t-elle confié.

Arrivée mardi soir du Pays de Galles, elle a répondu à l'appel du collectif "G20: Meltdown in the City" (désintégration de la City) pour venir "reprendre la City, en s'enfonçant jusque dans le ventre de la bête: la Banque d'Angleterre".

Quatre cavaliers de l'Apocalypse --géantes marionnettes décharnées en tissus et bois-- incarnant la "guerre" en rouge, le "chaos climatique" en vert, les "crimes d'argent" en blanc et le "problème des sans-abri" en noir, partis des quatre coins de la City, ont convergé vers midi sur la petite place située devant l'établissement.

Craignant des heurts, plusieurs magasins étaient fermés, leurs devantures protégées par des panneaux de bois.

Réchauffement climatique, crise économique, conflits en Irak, en Afghanistan et au Proche-Orient, démocratie, anarchie ou simplement opposition à la chasse au renard, les centres d'intérêts des manifestants étaient divers.

"Je n'attends rien du G20. Ces dirigeants font partie de la crise, ils ne sont pas la solution. Ils sont tous divisés", a estimé Sean Murrey, informaticien de 37 ans, brandissant un drapeau rouge appelant à la "révolution".

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)