Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

Obama et Brown minimisent les divergences entre pays

Vidéo par Pauline GODART

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 01/04/2009

Lors d'une conférence de presse, le président américain Barack Obama a qualifié les divergences entre pays de "très exagérées" et le Premier ministre britannique Gordon Brown a indiqué que les pays du G20 étaient proches du consensus.

Le président américain Barack Obama a minimisé les divergences entre les pays membres du G20, avant d’afficher son optimisme quant à un possible consensus sur les réponses à apporter à la crise. "Nous sommes à quelques heures, je pense, de nous entendre sur un plan global pour la reprise et la réforme économiques", a-t-il déclaré au cours de la conférence de presse qu’il tenait avec le Premier ministre britannique Gordon Brown mercredi.

 

Le président américain a appelé les pays membres du G20 à se concentrer sur les "terrains d’entente". Mardi, la France a prévenu que ses représentants claqueraient la porte des négociations si celles-ci n’aboutissaient pas à un accord satisfaisant. Interrogé sur cette éventualité, Gordon Brown a répondu qu’il ne pensait pas que cela se produirait.

 

Barack Obama et Gordon Brown ont voulu “calmer le jeu en disant qu’il y avait très peu de chance que la France quitte ce sommet et mette ses menaces à exécution,” expliquait mercredi Jean-Bernard Cadier, envoyé spécial de FRANCE 24 à Londres.

Obama a également insisté sur l’existence de "vraies" différences entre les Etats-Unis et la Russie. Il rencontrait après la conférence de presse son homologue russe, Dmitri Medvedev, pour la première fois depuis son investiture. Le président américain a annoncé à l'issue de ce tête à tête qu'il se rendrait à Moscou en juillet.

 
Première réunion internationale pour Obama
 

Après deux mois passés à la Maison Blanche, ce sommet du G20 constitue la première réunion internationale du président américain. En tant que représentant du pays à l’origine de la crise économique actuelle, il est particulièrement pressé d’apporter des solutions.

 

Néanmoins, des divergences existent déjà entre certains dirigeants sur les façons de résoudre la crise, et pourraient empêcher une prise de position commune lors du G20.

 

Alors que les États-Unis notamment prônent le renforcement des plans de relance, les dirigeants européens, menés par la France et l’Allemagne, se montrent sceptiques face à des dépenses supplémentaires et insistent sur la mise en place de mesures de régulation financière plus sévères afin d’éviter de nouveaux excès.

 

Dans un entretien publié mercredi dans le "Financial Times", le Premier ministre japonais Taro Aso cite l’expérience de son pays en matière de résolution de crise financière et balaie les mises en garde de l’Allemagne sur des dépenses excessives.

 
Manifestations en marge du sommet
 

La capitale britannique a renforcé son dispositif de sécurité en prévision de plusieurs manifestations qui devaient converger vers la Banque d’Angleterre. Selon la police, 3 000 à 4 000 personnes s’étaient rassemblé mercredi devant cet organisme financier  pour manifester leur mécontentement.

 

Les salariés de la City, le quartier financier de la ville, ont d’ailleurs été invités à rester chez eux ou à s’habiller de façon moins formelle pour ne pas attirer l’attention des manifestants. Selon le quotidien britannique "The Guardian", la sécurisation du site du G20 devrait couté 7,2 millions de pounds (7,8 millions d'euros) et 3 000 officiers supplémentaires ont été appelé en renfort.

 

 

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)