Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

FRANCE

Pékin va renouer ses relations avec Paris

Dernière modification : 01/04/2009

Les présidents français Nicolas Sarkozy et chinois Hu Jintao devraient se rencontrer jeudi, en marge du sommet du G20 à Londres. Les relations franco-chinoises s'étaient tendues depuis la rencontre en décembre entre Sarkozy et le dalaï-lama.

AFP - Les présidents français et chinois, Nicolas Sarkozy et Hu Jintao, devaient renouer lors d'une rencontre bilatérale à Londres en marge du G20, qui vise à tirer un trait sur une brouille de plusieurs mois due au Tibet, selon une source diplomatique française.

En marge du G20, les deux chefs d'Etat devaient se voir dès mercredi lors d'un dîner de tous les dirigeants où ils pourraient être placés côte à côte et lors d'un entretien bilatéral, a indiqué à l'AFP un diplomate français.

Des discussions étaient en cours mercredi en milieu de journée pour savoir si cet entretien bilatéral aurait lieu mercredi ou jeudi, selon la même source. Selon le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel, l'entretien devrait être "sans doute jeudi".

Les deux pays avaient annoncé un peu plus tôt dans un communiqué conjoint la reprise de contacts de haut niveau.

Dans ce texte, les deux pays affirment avoir décidé "de tenir, au moment opportun, des contacts de haut niveau ainsi que de nouvelles sessions du dialogue stratégique entre les deux pays, en vue de promouvoir la coopération bilatérale dans les différents domaines et d’assurer un développement harmonieux et stable de la relation franco-chinoise".

"La France et la Chine réitèrent leur attachement au principe de non-ingérence tel que consacré par la Charte des Nations unies, et conviennent de renforcer leur concertation sur les dossiers mettant en jeu les intérêts fondamentaux des deux pays dans un esprit de confiance mutuelle", ajoute le communiqué.

"La France mesure pleinement l’importance et la sensibilité de la question du Tibet et réaffirme qu’elle s’en tient à la politique d’une seule Chine et à sa position selon laquelle le Tibet fait partie intégrante du territoire chinois, conformément à la décision prise par le général de Gaulle qui n’a pas changé et ne changera pas", dit le texte.

"Dans cet esprit et dans le respect du principe de non-ingérence, la France récuse tout soutien à l’indépendance du Tibet sous quelque forme que ce soit", poursuit le communiqué.

Les relations entre la France et la Chine, tous deux membres du Conseil de sécurité de l'ONU, s'étaient passablement tendues en 2008, d'abord à l'occasion du passage mouvementé de la flamme olympique en France, puis surtout en raison d'une rencontre en décembre en Pologne entre Nicolas Sarkozy et le dalaï lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains.

Pékin avait très mal réagi à l'annonce de cette rencontre en annulant un sommet Union européenne-Chine prévu en novembre en France alors que Paris assurait la présidence tournante de l'UE.

En janvier, le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait soigneusement contourné la France lors d'une longue tournée européenne, son ministre du Commerce Chen Deming l'avait imité fin février pour une visite lors de laquelle la Chine a signé de gros chèques, notamment aux industriels en Allemagne.
 

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)