Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

FRANCE

Pékin va renouer ses relations avec Paris

Dernière modification : 01/04/2009

Les présidents français Nicolas Sarkozy et chinois Hu Jintao devraient se rencontrer jeudi, en marge du sommet du G20 à Londres. Les relations franco-chinoises s'étaient tendues depuis la rencontre en décembre entre Sarkozy et le dalaï-lama.

AFP - Les présidents français et chinois, Nicolas Sarkozy et Hu Jintao, devaient renouer lors d'une rencontre bilatérale à Londres en marge du G20, qui vise à tirer un trait sur une brouille de plusieurs mois due au Tibet, selon une source diplomatique française.

En marge du G20, les deux chefs d'Etat devaient se voir dès mercredi lors d'un dîner de tous les dirigeants où ils pourraient être placés côte à côte et lors d'un entretien bilatéral, a indiqué à l'AFP un diplomate français.

Des discussions étaient en cours mercredi en milieu de journée pour savoir si cet entretien bilatéral aurait lieu mercredi ou jeudi, selon la même source. Selon le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel, l'entretien devrait être "sans doute jeudi".

Les deux pays avaient annoncé un peu plus tôt dans un communiqué conjoint la reprise de contacts de haut niveau.

Dans ce texte, les deux pays affirment avoir décidé "de tenir, au moment opportun, des contacts de haut niveau ainsi que de nouvelles sessions du dialogue stratégique entre les deux pays, en vue de promouvoir la coopération bilatérale dans les différents domaines et d’assurer un développement harmonieux et stable de la relation franco-chinoise".

"La France et la Chine réitèrent leur attachement au principe de non-ingérence tel que consacré par la Charte des Nations unies, et conviennent de renforcer leur concertation sur les dossiers mettant en jeu les intérêts fondamentaux des deux pays dans un esprit de confiance mutuelle", ajoute le communiqué.

"La France mesure pleinement l’importance et la sensibilité de la question du Tibet et réaffirme qu’elle s’en tient à la politique d’une seule Chine et à sa position selon laquelle le Tibet fait partie intégrante du territoire chinois, conformément à la décision prise par le général de Gaulle qui n’a pas changé et ne changera pas", dit le texte.

"Dans cet esprit et dans le respect du principe de non-ingérence, la France récuse tout soutien à l’indépendance du Tibet sous quelque forme que ce soit", poursuit le communiqué.

Les relations entre la France et la Chine, tous deux membres du Conseil de sécurité de l'ONU, s'étaient passablement tendues en 2008, d'abord à l'occasion du passage mouvementé de la flamme olympique en France, puis surtout en raison d'une rencontre en décembre en Pologne entre Nicolas Sarkozy et le dalaï lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains.

Pékin avait très mal réagi à l'annonce de cette rencontre en annulant un sommet Union européenne-Chine prévu en novembre en France alors que Paris assurait la présidence tournante de l'UE.

En janvier, le Premier ministre chinois Wen Jiabao avait soigneusement contourné la France lors d'une longue tournée européenne, son ministre du Commerce Chen Deming l'avait imité fin février pour une visite lors de laquelle la Chine a signé de gros chèques, notamment aux industriels en Allemagne.
 

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)