Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Russie et États-Unis veulent établir de nouvelles relations au G20

Vidéo par Meriem Amellal

Dernière modification : 02/04/2009

Le président américain Barack Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev, réunis pour la première fois à Londres dans le cadre du G20, vont tenter de donner un nouveau départ aux relations entre leurs deux pays.

Reuters - Les présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev vont tenter de donner un nouveau départ aux relations américano-russes lors du sommet qui les réunit pour la première fois mercredi à Londres en marge de la réunion de leurs homologues du G20.
 
Alors que leurs prédécesseurs George Bush et Vladimir Poutine comptaient essentiellement sur leur relation personnelle pour surmonter leurs divergences, Medvedev et Obama, tous deux quadragénaires, se veulent essentiellement pragmatiques.
 
De part et d'autre, on estime que le résultat le plus concret à attendre de leur rencontre est un accord pour engager des pourparlers sur un nouveau traité limitant les missiles stratégiques à longue portée, pour remplacer celui qui expire cette année.
 
Dmitri Medvedev s'est félicité de l'intention affichée par Barack Obama de tourner le dos à l'approche diplomatique, unilatérale et abrupte aux yeux de Moscou, que les Etats-Unis avaient adoptée ces dernières années.
 
Le président russe s'est déclaré ravi de la lettre qu'il a reçue d'Obama expliquant ses priorités internationales. "A dire vrai, j'ai été surpris en la lisant de constater que de nombreux points de vue qui y sont exprimés coïncident avec mes idées", a confié Medvedev ce week-end à la BBC.
 
Denis McDonough, conseiller adjoint à la sécurité nationale d'Obama, a fait écho à cet optimisme. "Nous avons le sentiment que l'atmosphère autour de notre relation avec la Russie s'est spectaculairement améliorée ces dernière semaines", a-t-il jugé.
 
Mais les motifs persistants de dissensions entre les deux pays incitent à une certaine prudence.
 
La volonté des Etats-Unis de Bush d'installer un bouclier antimissile en Europe de l'Est et de faire entrer l'Ukraine et la Géorgie dans l'Otan ont crispé l'an dernier les relations bilatérales, de même que les soupçons américains sur la nature des relations entre Moscou et Téhéran.
 
GALOP D'ESSAI
 
Selon Sergueï Prikhodko, conseiller diplomatique de Medvedev, il faut seulement s'attendre à ce que le sommet de Londres donne une impulsion aux relations bilatérales et non pas à ce qu'il règle toutes les questions en suspens.
 
"Il nous semble que, dans une certaine mesure, ce sera pour chacun un simple galop d'essai. Etant réalistes, nous ne connaissons que trop bien les contradictions qui nous divisent et nous ne nourrissons pas l'illusion qu'elles pourront être surmontées facilement."
 
La réduction des armements est l'un des principaux points à l'ordre du jour, mais pas le plus litigieux. Les deux pays divergent sur le texte qui devra remplacer le traité START de 1991, qui expire en décembre.
 
La Russie lie la question à l'abandon par Washington de son projet d'installer en Pologne et en République tchèque des éléments de son bouclier antimissile au profit d'un dispositif commun. Medvedev et Obama devraient, selon Prikhodko, s'entendre sur les instructions à donner aux négociateurs.
 
L'Afghanistan, où Barack Obama prévoit d'envoyer 17.000 hommes supplémentaires cette année pour contrer l'insurrection des taliban et réduire les bases d'Al Qaïda à la frontière avec le Pakistan, est un autre domaine où Washington et Moscou seraient susceptibles de prendre un nouveau départ.
 
La Russie autorise l'équipement militaire non offensif à parvenir aux forces de l'Otan par chemin de fer à travers son territoire, lui fournissant une alternative à la route passant par le Pakistan, mais elle a aussi encouragé l'ex-République soivétique du Kirghizistan à fermer une base aérienne américaine.
 
Le principal point d'interrogation autour de ce sommet Obama-Medvedev porte sur la marge de manoeuvre dont le jeune président russe dispose en politique étrangère par rapport à son prédécesseur et Premier ministre Vladimir Poutine, grand absent de la réunion.

Formé à l'école du KGB, Vladimir Poutine est traditionnellement intransigeant avec l'Occident. La plupart des Russes sont convaincus qu'il conserve la haute main sur la politique de leur pays, bien que Dmitri Medvedev ait assuré à la BBC que la politique étrangère relevait de son domaine exclusif.

Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)