Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

EUROPE

Une nouvelle régulation du système financier, priorité de Paris et Berlin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2009

Le président français, Nicolas Sarkozy, et la chancelière allemande, Angela Merkel, affirment que l'adoption d'une "nouvelle régulation" du système financier international est un objectif "non négociable" du sommet du G20.

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont estimé qu’une "nouvelle régulation" du système financier mondial était, pour eux, un "objectif non négociable" du sommet du G20 qui s’ouvre le 2 avril, à Londres.

 

Les paradis fiscaux figurent au premier rang des "lignes rouges" citées par le chef de l'État français. "C’est très clair, il faut une liste (des pays considérés comme des paradis fiscaux, NDLR), a-t-il affirmé. La marge de négociation, c’est de savoir si la liste est publiée tout de suite, ou dans quelques jours."

 

 

Carte des paradis fiscaux dans le monde

 

 

Afin de lutter contre les paradis fiscaux, la France et l’Allemagne souhaitent la publication d’une liste noire des pays qui ne respectent pas les règles de transparence prônées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en vue de les sanctionner.

 

Mais il sera difficile d'en convaincre les États-Unis, selon Stéphanie Antoine, spécialiste économie de FRANCE 24, envoyée spéciale à Londres. "Washington serait plus favorable à une voie plus douce, à une sorte de système d’évaluation des différents pays avec une échelle progressive", précise-t-elle.

 

Elle rappelle que "la Chine va, elle, s’opposer à cette liste, car elle risque d’y figurer, en compagnie de Macao et Hong Kong".

 

"Pas de compromis au rabais"

 

"Nous disons que, sans une nouvelle régulation, il n'y aura pas de confiance. Et sans confiance, il n'y aura pas de reprise, c'est un objectif majeur, non négociable", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse conjointe avec Angela Merkel, la chancelière allemande, en marge du sommet du G20.

 

Angela Merkel l’a rejoint sur ce point : "Il est temps de poser les bases de la régulation du 21e siècle. Ce n’est pas une question de caprice", a-t-elle, à son tour, déclaré.

 

Le président français a réitéré ses menaces de quitter le sommet du G20, dans le cas où les mesures prises ne correspondraient pas à ses attentes en matière de régulation du système financier mondial.

 

La chancelière allemande a déclaré que Nicolas Sarkozy ne voulait pas de "compromis au rabais". "Je le soutiens", a-t-elle ajouté. Elle a toutefois estimé que la politique de la chaise vide n'était pas "la meilleure idée".

 

 



Première publication : 01/04/2009

COMMENTAIRE(S)