Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Afrique

"Hell Hole", un reportage choc sur la vie carcérale

Vidéo par Meriem Amellal

Texte par Nicolas DE SCITIVAUX

Dernière modification : 02/04/2009

"Hell Hole", le taudis en français, documentaire réalisé par un journaliste sud-africain, révèle les conditions de vie sordides des détenus zimbabwéens. Le ministre de la Justice du Zimbabwe a reconnu des dysfonctionnements.

Diffusé le 31 mars dans "Special Assignement ", l’émission de reportage de la chaîne sud-africaine SABC3, le sujet intitulé "Hell Hole" (le taudis), consacré aux conditions de vie dans les prisons au Zimbabwe, choque.

 

"Nous avons dû faire de longues recherches avant d'obtenir ces images", raconte Godknows Nare, un des auteurs du reportage. "Cela a pris plusieurs mois, j'ai dû aller à Messina puis traverser la frontière pour aller au Zimbabwe. J'ai ensuite pris contact avec des personnes qui avaient accès au système pénitencier, et c'est ainsi que j'ai pu utiliser certains détenus pour filmer l'intérieur des prisons."

 

Les images, tournées grâce à une caméra cachée, révèlent des détenus rachitiques et des installations insalubres. En guise de nourriture, les prisonniers obtiennent quotidiennement une poignée de bouillie à base de semoule de maïs.

 

Au moins 20 détenus meurent chaque jour, selon une ONG

 

Selon un rapport publié par l’Association zimbabwéenne de prévention de la criminalité et de réhabilitation du délinquant, une organisation non-gouvernementale de défense du droit des prisonniers, au moins 20 détenus meurent chaque jour dans les prisons du pays.

  

Quelques jours avant la diffusion du reportage, Patrick Chinamasa, le ministre de la Justice zimbabwéen, a reconnu devant le Parlement les conditions de vie déplorables des quelque 14 000 détenus du pays. "Les prisons sont les premières touchées par les difficultés économiques", a-t-il déclaré, admettant qu’il y avait des cas de "malnutrition".
 

A sa sortie de prison le 12 mars, Roy Bennett, le vice-ministre de l’Agriculture et proche du Premier ministre Morgan Tsvangirai issu de l’opposition, a déploré les conditions de vie en milieu carcéral. "De graves violations des droits humains sont commises derrière ces murs, a-t-il déclaré à des médias locaux. Cinq personnes sont mortes pendant mon séjour en prison et les responsables de la prison ont mis quatre ou cinq jours à retirer les corps. Ce qui se passe là-bas est lamentable."

 

Première publication : 02/04/2009

COMMENTAIRE(S)