Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute du prix du pétrole : bonne ou mauvaise nouvelle ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michel Hazanavicius, la vie après "The Artist"

En savoir plus

Economie

Le marché automobile français rebondit de plus de 8 % en mars

Dernière modification : 02/04/2009

Soutenu par la hausse des ventes chez PSA et Renault, notamment grâce à la prime à la casse, le secteur automobile français a rebondi de 8,3 % en mars - après cinq mois consécutifs de baisse.

AFP - Le marché automobile français a rebondi de 8,3% en mars après cinq mois consécutifs de baisse soutenu par la hausse des ventes des constructeurs PSA et Renault dont les petits modèles ont profité à plein de la prime à la casse.

Entre 30 et 40% des ventes seraient dues à la mise en place de la prime à la casse en décembre dernier, a estimé mercredi le président du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), Xavier Fels, qui a salué la "bonne nouvelle" des chiffres de mars.

Il a aussi attribué la progression des ventes au bonus-malus écologique et à "l'offre des constructeurs, en particulier français" en phase avec les attentes.

De fait, les groupes français ont largement bénéficié du rebond, avec une progression des ventes de 15,9% pour PSA Peugeot Citroën et de 12,8% pour le groupe Renault.

Globalement, les ventes des marques françaises ont augmenté de 14,6% en mars, représentant une part de marché de 57%, quand celles de leurs homologues étrangères n'ont progressé que de 0,5%.

"Ces chiffres sont bons" et "l'éclaircie (du) mois de mars a de quoi remettre du baume au coeur à un secteur qui en avait bien besoin", a commenté Guillaume Mouren, analyste automobile de Xerfi.

Au total, le premier trimestre se conclut en France sur une baisse des immatriculations de voitures neuves limitée à 3,9%.

Le CCFA espère un printemps meilleur que l'hiver mais reconnaît que "les perspectives restent sombres dans les mois qui viennent", a dit son président.

L'effet prime à la casse "ne durera pas toute l'année", abonde Guillaume Mouren, analyste automobile de Xerfi, qui s'attend toujours à un marché français des voitures neuves en baisse de 10% sur l'année.

La France a cependant rejoint en mars l'Allemagne dans le club restreint des pays dont les ventes sont en hausse, même si à nombre de jours ouvrables comparable, elles sont en repli de 1,8%.

Les petites voitures, moins consommatrices et moins émettrices de CO2, très présentes dans les gammes des constructeurs français, ont largement profité de la prime à la casse.

Cette prime de 1.000 euros est versée pour l'achat d'un véhicule neuf et peu polluant à condition de mettre au rebut un véhicule de plus de dix ans.

Citroën, en hausse de 28,6% réalise la bonne opération, avec un mois de mars record en volume depuis 35 ans, atteignant 16,1% de part de marché. La marque aux chevrons est en outre la seule marque française à progresser sur le premier trimestre (+4,3%).

Les ventes de l'autre marque de PSA, Peugeot, progressent de 5,7%, avec un "accueil favorable" de la nouvelle 206+.

La marque Renault est en hausse de 12,9%, portée par la Twingo, numéro un des citadines compactes, et le duo Clio II et III dans le segment des citadines.

"Renault va mieux" et enregistre des commandes en Europe à un niveau équivalent à celui de 2008, a dit Patrick Pelata, directeur général délégué du groupe, qui estime être "arrivé au creux de la crise" avec une "entreprise stabilisée".

Luc Chatel, secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, s'est félicité "de la résistance du marché automobile français au premier trimestre", en rappelant les mesures gouvernementales pour le secteur -bonus malus, prime à la casse, soutien aux filiales bancaires des constructeurs.

"La mise en oeuvre du Pacte automobile se poursuit", a ajouté le ministre, qui a réuni mercredi le comité pour l'avenir de l'automobile, pour la 4ème fois depuis sa création fin décembre. Il a rappelé que les "principaux bénéficiaires" du Pacte automobile sont "les entreprises de la sous-traitance automobile".
 

 

Première publication : 02/04/2009

COMMENTAIRE(S)