Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité : colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense camerounais

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

  • Le défilé du 14-Juillet marqué par le centenaire de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • La délicate opération de renflouement du Costa Concordia a commencé

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

Economie

Moscou menace de réorienter ses livraisons de gaz vers l'Asie

©

Dernière modification : 03/04/2009

Laissée de côté par le projet européen de modernisation du réseau de gazoducs ukrainiens, la Russie a laissé entendre qu'elle pourrait augmenter sa production de gaz naturel liquéfié (GNL) à destination de l'Asie et des États-Unis.

AFP - La Russie, exaspérée de ne pas avoir été associée à un projet européen de modernisation des gazoducs ukrainiens, a menacé vendredi de "diversifier" ses livraisons de gaz vers l'Asie, et dénoncé une nouvelle fois ce projet "irréalisable".

"Il faut accorder de plus en plus d'attention à la diversification", a déclaré le Premier ministre, cité par les agences russes, en recevant le patron du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller.

"Il faut maintenir nos relations avec la Commission européenne et avec nos collègues européens, nos partenaires ukrainiens", a-t-il toutefois ajouté, soufflant le chaud et le froid.

Gazprom a lui-même agité cette semaine le spectre d'une réorientation de ces exportations, en expliquant vouloir augmenter sa production de gaz naturel liquéfié (GNL) à destination des Etats-Unis et de l'Asie.

Une déclaration commune signée le 23 mars par Kiev et la Commission européenne, qui fixe les conditions d'un soutien financier occidental pour la rénovation du réseau de gazoducs ukrainien, a mis le feu aux poudres.

"Ce document a été conçu sans la participation des principaux acteurs du marché gazier en Europe: la Russie, en tant que fournisseur, et les compagnies européennes, grandes consommatrices de gaz russe", a relevé M. Miller, selon Interfax.

"Nous sommes du même avis, une telle approche rend ce document inopérant. Il n'est en pratique pas possible de le mettre en oeuvre", a-t-il ajouté, après une rencontre jeudi avec les patrons des groupes allemand EON Ruhrgas, italien ENI et français GDF.

Dans un communiqué, M. Miller a qualifié la "signature de cette déclaration, dans le dos de la Russie, d'erreur politique", estimant qu'elle ne faisait que "mettre de l'huile sur le feu alors qu'on vient d'éteindre un conflit gazier" d'une gravité sans précédent en janvier.

Le patron de Gazprom a de nouveau agité le spectre de problèmes de paiement de leur facture gazière par les Ukrainiens, ce qui avait conduit au dernier conflit gazier et à l'interruption d'une partie des livraisons de gaz russe à l'Europe pendant trois semaines.

"Le problème actuel principal de l'Ukraine, c'est de payer le gaz russe livré. Et ce problème va devenir encore plus aigu avec le pompage de gaz dans les réserves souterraines de l'Ukraine", a-t-il souligné, en suggérant aux Ukrainiens de trouver au plus vite des "sources de financement appropriées".

La Russie, dont 80% des livraisons de gaz à destination de l'Europe passent par l'Ukraine, a déjà menacé de revoir ses relations avec l'UE après la signature de la déclaration d'intention, les Européens restant très dépendants du gaz russe.

Gazprom, EON Ruhrgas, ENI et GDF ont décidé de constituer un groupe de travail pour observer le "transit du gaz russe" via l'Ukraine. Leur prochaine rencontre aura lieu au début mai, a précisé Gazprom.
 

Première publication : 03/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)