Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Luxembourg, Bruxelles et Bern déplorent leur mise à l'index

Dernière modification : 04/04/2009

Le Luxembourg, la Belgique et la Suisse ont protesté contre leur inscription, par l'OCDE, dans la liste "grise" des paradis fiscaux, où figurent 38 pays ayant promis de s'amender, mais n'ayant pas encore traduit dans les faits leurs intentions.

AFP - Le Luxembourg, la Suisse ou la Belgique ont mal réagi vendredi à leur inscription sur une liste de paradis fiscaux, qui épargne les territoires chinois, et se retrouvent sous une pression accrue après l'annonce par le G20 de la fin de "l'ère du secret bancaire".

"Je trouve le traitement réservé à certains Etats un peu incompréhensible", a déploré le Premier ministre du Luxembourg Jean-Claude Juncker à Prague, en marge d'une réunion de ministres des Finances européens.

Il réagissait aux listes de paradis fiscaux publiées la veille par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans la foulée du sommet des dirigeants du G20.

L'OCDE a publié un liste "noire", sur laquelle figure quatre pays - le Costa Rica, la Malaisie, les Philippines et l'Uruguay - ainsi qu'une liste "grise" de 38 pays ayant promis de s'amender mais n'ayant pas encore traduit dans les faits leurs intentions. Parmi eux, le Luxembourg, la Suisse, l'Autriche, la Belgique, le Liechtenstein, Monaco, Andorre et Saint-Marin, en Europe.

 

Carte des paradis fiscaux dans le monde


La plupart de ces Etats, qui en Europe pratiquent encore le secret bancaire, ont fait des concessions juste avant le G20 en matière de transparence bancaire, dans l'espoir d'éviter d'être mis au ban de la communauté internationale. Mais, à part la Belgique, sans renoncer totalement au secret bancaire.

L'Autriche, Andorre ou Saint-Marin ont tenté de faire contre mauvaise fortune bon coeur en se félicitant surtout de ne pas apparaître sur la liste "noire". Le Liechtenstein a dit espérer sortir bientôt de la liste grise.

Mais, comme le Luxembourg, la Suisse a "déploré" son inscription sur la liste de l'OCDE et "désapprouvé le procédé". Tout comme la Belgique.

"Ca fait un peu sourire, en Belgique, de voir que les Iles anglo-normandes sont considérées, comme les Iles Vierges américaines, comme n'ayant aucun problème", ou de voir que les territoires de Hong Kong et Macao ne sont pas concernés sous prétexte qu'ils font partie de la Chine, a estimé le ministre belge des Finances Didier Reynders.

Lors du sommet du G20 à Londres, le président américain Barack Obama s'est employé à arracher un compromis entre la France et la Chine pour permettre un accord sur ces listes, exigées par Paris mais combattues par Pékin. La Chine redoutait que ne soient mentionnés Hong Kong et Macao. Elle a manifestement obtenu gain de cause.

Ne figurent pas non plus sur la liste certains Etats américains comme le Delaware, le Wyoming et le Nevada, critiqués par M. Juncker parce qu'ils pratiquent des fiscalités très faibles.

"C'est sans doute dû à la précipitation", a ironisé le Premier ministre luxembourgeois.

Son pays, ainsi que les autres désormais sous surveillance, sont maintenant sous pression pour mettre en musique leurs promesses de respect des critères internationaux de transparence, s'ils veulent être totalement "blanchis" par l'OCDE.

Les pays du G20 se sont montrés déterminés sur ce point, prévenant que "l'ère du secret bancaire est terminée".

Maintenant, "il faut passer aux actes", a insisté vendredi le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini.

La ministre française des Finances Christine Lagarde a quant à elle indiqué que les pays du G20 allaient à présent "travailler" sur des sanctions pour "les centres non coopératifs qui ne se mettent pas aux normes".

Ces sanctions pourraient aussi concerner "les établissements financiers qui poursuivraient leurs relations avec des centres non coopératifs", avec par exemple des pénalités financières sous la forme d'exigences accrues de fonds propres, a-t-elle ajouté.
 

Première publication : 03/04/2009

COMMENTAIRE(S)