Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Paris soutient la nouvelle stratégie américaine en Afghanistan

Vidéo par Jean Bernard CADIER

Dernière modification : 03/04/2009

Lors d'une conférence de presse commune avec Barack Obama, le président français Nicolas Sarkozy a déclaré que la France soutenait la nouvelle stratégie américaine en Afghanistan, précisant qu'elle n'enverrait pas de troupes supplémentaires.

AFP - Barack Obama et son épouse Michelle ont été accueillis vendredi à Strasbourg par Nicolas et Carla Sarkozy avant une rencontre en tête-à-tête des deux présidents américain et français, leur premier entretien bilatéral, a constaté une journaliste de l'AFP.
  

Tous quatre se sont retrouvés au Palais de Rohan, ancien palais épiscopal, devant lequel a été déroulé un immense tapis rouge. Alors que les épouses s'embrassaient, les deux présidents ont serré les mains de dizaines de strasbourgeois, arborant de petits drapeaux aux couleurs américaines et françaises.
  
Le président Obama devait ensuite rencontrer dans l'après-midi, de l'autre côté de la frontière, la chancelière allemande Angela Merkel, co-hôte du sommet de l'Alliance atlantique, à Baden-Baden, où débutera dans la soirée la rencontre des 28 dirigeants de l'Otan.
  
Après avoir écouté les hymnes nationaux interprétés par une fanfare militaire -la main sur le coeur pour Obama- les deux présidents ont passé en revue un détachement des "Diables rouges" du 152e régiment d'infanterie de Colmar.
  
Au menu des discussions bilatérales entre MM. Sarkozy et Obama, qui effectue sa première visite présidentielle sur le sol français, devaient figurer l'Afghanistan, l'avenir de l'Otan et la fermeture du centre de détention de Guantanamo.
  
Les Etats-Unis cherchent des pays d'accueil pour les prisonniers libérés et Paris étudie les modalités d'accueil d'un détenu algérien, selon des sources concordantes.
  
Après leur entretien en tête-à-tête, une rencontre élargie était prévue. Elle doit associer, côté américain, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et le conseiller à la sécurité nationale de M. Obama, James Jones et, côté français, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Bernard Kouchner et Hervé Morin, ainsi que le représentant spécial de la France pour l'Afghanistan et le Pakistan, Pierre Lellouche.
  
Dans le même temps, les premières dames devaient se retrouver pour une rencontre puis un déjeuner séparés. En plat de résistance, le chef strasbourgeois Philippe Bohrer, deux étoiles au Guide Michelin et ancien cuisinier de l'Elysée, devait leur servir une pintade à croûte de pommes de terre farcie au foie gras.
  
M. Obama et son épouse avaient atterri un peu plus tôt dans la matinée à bord d'Air Force One, l'avion présidentiel américain, en provenance du G20 de Londres où les grandes puissances ont tenté de contrer la crise économique et financière mondiale.

Première publication : 03/04/2009

COMMENTAIRE(S)