Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Afrique

Pfizer verse 75 millions de dollars de compensation à l'État de Kano

Dernière modification : 03/04/2009

Accusé d'avoir tué 11 enfants nigérians avec des tests médicaux, le géant pharmaceutique américain a accepté de verser 75 millions de dollars aux autorités locales, qui en redistribueront près de la moitié aux familles des victimes.

AFP - Le géant pharmaceutique américain Pfizer, accusé d'avoir tué 11 enfants dans le nord du Nigeria avec des tests médicaux mortels, a accepté de verser 75 millions de dollars de compensations aux autorités locales, a-t-on appris vendredi de source proche des négociations.

"Pfizer est d'accord pour payer la somme de 75 millions de dollars en compensation et le gouvernement de l'Etat de Kano a accepté son offre", a-t-on indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat.

"35 millions de dollars iront aux victimes, 30 millions seront utilisés pour la reconstruction de l'Hôpital des maladies infectieuses où les tests du médicament avaient été conduits", a-t-il ajouté.

Le reste (10 millions) paiera les frais de justice engagés par l'Etat de Kano, qui avait porté plainte au civil et au pénal contre Pfizer en 2006.

Il accusait le groupe américain de tests illégaux d'un médicament contre la méningite, appelé Trovan, sur 200 enfants en avril 1996 lors d'une triple épidémie de méningite, de rougeole et de choléra.

Ce test aurait entraîné la mort d'au moins onze d'entre eux et des dommages physiques à 189 autres, dont la cécité, la surdité, des dommages cérébraux et des paralysies.

Pfizer, qui conteste les accusations, fait l'objet d'un autre procès pour la même affaire, intenté cette fois par le gouvernement fédéral nigérian qui réclame 6,5 milliards de dollars.

La haute cour de justice de Kano, en charge de l'affaire, a fixé au 25 mai la présentation de l'accord à l'amiable passé entre l'accusation et la défense.
 

Première publication : 03/04/2009

COMMENTAIRE(S)