Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

SCIENCES

Google lorgnerait Twitter

Dernière modification : 04/04/2009

Le patron du groupe américain Google, Eric Shmidt, avait récemment qualifié "d'e-mail du pauvre" le site de mini-blogs Twitter. Il a, depuis, retourné sa veste et aurait entamé des discussions pour le racheter, selon un influent blog high-tech.

AFP - Le groupe internet américain Google serait en discussions avancées pour racheter le site de mini-blogs Twitter, une opération qui lui permettrait d'éliminer la menace d'un jeune concurrent en matière de recherche de données.
   
La nouvelle, qui contraste avec de récents propos peu amènes du patron de Google Eric Schmidt à l'égard de Twitter, qu'il a qualifié d'"e-mail du pauvre", est sortie vendredi de l'influent blog high-tech TechCrunch.
   
Selon son auteur Michael Arrington, Google serait en discussions avec la jeune société de San Francisco, devenue la dernière sensation en matière de sites personnels et de socialisation, après Facebook et MySpace.
   
Twitter, né en 2006 d'un "projet secondaire", comme le qualifient ses créateurs Biz Stone et Evan Williams, a grimpé en popularité l'an dernier, attirant jeunes internautes, politiciens et personnalités du show-biz pour son concept de mini-messages. Il permet de "suivre" et d'être "suivi" par d'autres membres via l'affichage de courts messages (140 caractères maximum) répondant à la question: "que faites-vous?".
   
Twitter revendique plus de six millions d'utilisateurs et un taux de croissance de 900% en 2008, mais ne parvient pas à dégager de revenus. La semaine dernière, ses dirigeants ont dit compter trouver les moyens d'engranger des recettes cette année.
   
Selon TechCrunch, le prix proposé par Google pourrait être "bien plus élevé" que la valorisation de 250 millions de dollars faite récemment à l'occasion d'un tour de table entre Twitter et des investisseurs. Facebook a récemment proposé 500 millions, que Twitter a refusés.
   
L'état des discussions n'est pas clair: après avoir parlé de "stade avancé", Michael Arrington a corrigé le tir pour évoquer des négociations "à leur premier stade".
   
Sans démentir l'existence de ces discussions, le cofondateur Biz Stone a pour sa part indiqué sur son blog que "cela ne devrait surprendre personne que Twitter discute régulièrement avec d'autres entreprises et sur un certain nombre de sujets".
   
"Notre objectif est de bâtir un groupe rentable et indépendant, et ce n'est que le début", a-t-il conclu.
   
Une autre figure des blogs de la Silicon Valley, Kara Swisher, croyait savoir vendredi qu'aucun accord entre Google et Twitter n'était en projet.
   
"Twitter et Google ont simplement eu +des discussions-produit+ sur la recherche de données en temps réel et la manière dont le géant internet (Google) pourrait mieux évoluer dans la sphère du micro-blogging", affirme-t-elle sur son blog Boomtown, citant une source proche du dossier.
   
Reste que le potentiel de Twitter, dont le point fort réside dans son moteur de recherche, alimente les spéculations sur l'intérêt pour Google d'avaler un tel acteur.
   
Google et les cofondateurs de Twitter ne sont en outre pas des étrangers, ces derniers ayant vendu il y a cinq ans leur site de blogs "Blogger" au leader mondial de l'internet.
   
Le moteur de recherche de Twitter permet de naviguer par mots-clés sur les pages des autres membres et de trouver les commentaires les plus immédiats. Parmi ses applications concrètes, des journalistes utilisent Twitter pour localiser des témoins d'une actualité "à chaud".
   
"La vraie valeur de Twitter réside dans son moteur de recherche", souligne Michael Arrington, selon qui la plateforme "détient les clefs de la recherche et de la base de données en temps réel, là où Google n'a pas un pion dans le jeu".
   
Récemment, Google a admis que Twitter avait fait "un travail formidable en montrant une nouvelle manière de communiquer". Mais elle avait aussi fait savoir qu'une acquisition n'était pas à l'ordre du jour.
 

Première publication : 04/04/2009

COMMENTAIRE(S)