Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowborder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Jérusalem, c'est un problème qui intéresse tout le monde musulman"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand Erdogan se pose en sauveur des Palestiniens"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Froome en sursis ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

LE DÉBAT

G5 Sahel : une force militaire régionale pour remplacer Barkane ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

Moyen-Orient

Benjamin Netanyahou préside son premier conseil des ministres

Dernière modification : 05/04/2009

Le chef du gouvernement israélien a réuni son équipe pour la première fois depuis son investiture par la Knesset. Il s'est engagé à mettre au point "une politique pour faire avancer la paix et la défense" dans les semaines à venir.

AFP - Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu a présidé dimanche le premier conseil des ministres hebdomadaire du gouvernement qui, avec ses 30 ministres, est le plus large de l'histoire du pays.

"Nous avons une lourde responsabilité et beaucoup de travail devant nous. Nous agirons ensemble aujourd'hui, nous nous retroussons les manches et nous commençons à travailler", a affirmé M. Netanyahu aux journalistes à l'ouverture de la réunion.

"Au cours des semaines à venir, nous allons mettre au point une politique pour faire avancer la paix et la défense" d'Israël, a-t-il ajouté.

M. Netanyahu a également annoncé qu'il annulait un projet de construction d'un nouveau bâtiment à Jérusalem devant abriter les bureaux du Premier ministre, d'un coût d'environ 160 millions de dollars, qui avait été voté par le précédent gouvernement d'Ehud Olmert. "Nous allons présenter une proposition plus modeste", a-t-il déclaré.

Il a enfin fait part de son intention de nommer un "responsable pour l'ensemble du système de santé", alors que l'absence d'un ministre de la Santé au sein du gouvernement a été durement critiquée dans les médias et par les syndicats du personnel médical.
 

Première publication : 05/04/2009

COMMENTAIRE(S)