Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile prête à faire face au "Snowmaggedon"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quelle marge de manœuvre pour Tsipras ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tsipras, l'heure de vérité"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les travaux d'Hercule"

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

Moyen-Orient

Benjamin Netanyahou préside son premier conseil des ministres

Dernière modification : 05/04/2009

Le chef du gouvernement israélien a réuni son équipe pour la première fois depuis son investiture par la Knesset. Il s'est engagé à mettre au point "une politique pour faire avancer la paix et la défense" dans les semaines à venir.

AFP - Le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu a présidé dimanche le premier conseil des ministres hebdomadaire du gouvernement qui, avec ses 30 ministres, est le plus large de l'histoire du pays.

"Nous avons une lourde responsabilité et beaucoup de travail devant nous. Nous agirons ensemble aujourd'hui, nous nous retroussons les manches et nous commençons à travailler", a affirmé M. Netanyahu aux journalistes à l'ouverture de la réunion.

"Au cours des semaines à venir, nous allons mettre au point une politique pour faire avancer la paix et la défense" d'Israël, a-t-il ajouté.

M. Netanyahu a également annoncé qu'il annulait un projet de construction d'un nouveau bâtiment à Jérusalem devant abriter les bureaux du Premier ministre, d'un coût d'environ 160 millions de dollars, qui avait été voté par le précédent gouvernement d'Ehud Olmert. "Nous allons présenter une proposition plus modeste", a-t-il déclaré.

Il a enfin fait part de son intention de nommer un "responsable pour l'ensemble du système de santé", alors que l'absence d'un ministre de la Santé au sein du gouvernement a été durement critiquée dans les médias et par les syndicats du personnel médical.
 

Première publication : 05/04/2009

COMMENTAIRE(S)