Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

La communauté internationale condamne le tir de la fusée

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Dernière modification : 05/04/2009

Les États-Unis et leurs alliés asiatiques qualifient de "provocation" le lancement, par Pyongyang, d'une fusée longue portée, qui officiellement transporte un satellite. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir en urgence ce dimanche.

AFP - La communauté internationale a vivement condamné dimanche le lancement d'une fusée par la Corée du Nord, les Etats-Unis et le Japon demandant et obtenant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, alors que la Chine et la Russie appelaient "à la retenue".

Le président américain Barack Obama a affirmé qu'il s'agissait d'un missile et qualifié le tir de "provocation".

"Le lancement aujourd'hui d'un missile Taepodong-2 était une claire violation de la résolution 1718 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui interdit expressément à la Corée du Nord de mener des activités liées à des missiles balistiques", a-t-il dit depuis Prague où il doit participer à un sommet avec l'Union européenne (UE).

 

 



Les Etats-Unis et le Japon, survolé pendant plusieurs minutes par la fusée, ont immédiatement appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, obtenant gain de cause. Selon un diplomate mexicain, dont le pays assure ce mois-ci la présidence du Conseil, ce dernier se réunira en effet en urgence dimanche après-midi.

Le secrétaire général des Nations Unies, le Sud-Coréen Ban Ki-moon, a "regretté" le lancement de la fusée qui "va à l'encontre des efforts pour promouvoir le dialogue, la paix régionale et la stabilité".

Le Premier ministre japonais Taro Aso a dénoncé un "acte extrêmement provocateur". "Nous voulons traiter le problème nord-coréen en coopération avec la communauté internationale, y compris cette question qui est clairement une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il dit.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Takeo Kawamura, a indiqué qu'une protestation avait été transmise à l'ambassade de Corée du Nord à Pékin.

L'autre allié de Washington dans la région, la Corée du Sud, a également dénoncé l'initiative de Pyongyang comme une "violation flagrante" de la résolution 1718 de l'ONU adoptée en 2006.

La présidence tchèque de l'UE a "fermement" condamné le tir et "engagé instamment" la Corée du Nord à se conformer à la résolution de l'ONU.

Même condamnation "ferme" du ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband.

L'Australie a également fermement condamné le lancement nord-coréen, que son Premier ministre Kevin Rudd a jugé "provocateur" et en violation des résolutions de l'ONU.

Deux des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la Russie, ont en revanche adopté des positions plus nuancées, s'abstenant de critiquer Pyongyang.

Alliée et voisine de la Corée du Nord, la Chine a expliqué avoir "pris acte du fait que la Corée du Nord (avait) procédé à un lancement".

"Nous espérons que les parties concernées feront preuve de calme et de retenue, pour gérer la situation de façon adéquate et maintenir la paix et la stabilité dans la région", a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

La Russie a également appelé à la retenue.

"Nous cherchons à savoir s'il s'agit d'une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et appelons toutes les parties concernées à se garder de toute action qui pourrait entraîner une escalade des tensions dans la péninsule coréenne", a déclaré un responsable du ministère des Affaires étrangères.

La Chine et la Russie sont engagées avec la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, dans une délicate négociation à six portant sur l'abandon par Pyongyang de ses armes et installations nucléaires.

La Corée du Nord, de son côté, a assuré que son "programme spatial à des fins pacifiques" avait reçu le "soutien (de) partis politiques et groupes de nombreux pays étrangers", notamment des partis communistes d'autres pays, a indiqué l'agence de presse officielle KCNA.
 

Première publication : 05/04/2009

COMMENTAIRE(S)