Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Asie - pacifique

La communauté internationale condamne le tir de la fusée

Vidéo par Cédric MOLLE-LAURENÇON

Dernière modification : 05/04/2009

Les États-Unis et leurs alliés asiatiques qualifient de "provocation" le lancement, par Pyongyang, d'une fusée longue portée, qui officiellement transporte un satellite. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir en urgence ce dimanche.

AFP - La communauté internationale a vivement condamné dimanche le lancement d'une fusée par la Corée du Nord, les Etats-Unis et le Japon demandant et obtenant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, alors que la Chine et la Russie appelaient "à la retenue".

Le président américain Barack Obama a affirmé qu'il s'agissait d'un missile et qualifié le tir de "provocation".

"Le lancement aujourd'hui d'un missile Taepodong-2 était une claire violation de la résolution 1718 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui interdit expressément à la Corée du Nord de mener des activités liées à des missiles balistiques", a-t-il dit depuis Prague où il doit participer à un sommet avec l'Union européenne (UE).

 

 



Les Etats-Unis et le Japon, survolé pendant plusieurs minutes par la fusée, ont immédiatement appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, obtenant gain de cause. Selon un diplomate mexicain, dont le pays assure ce mois-ci la présidence du Conseil, ce dernier se réunira en effet en urgence dimanche après-midi.

Le secrétaire général des Nations Unies, le Sud-Coréen Ban Ki-moon, a "regretté" le lancement de la fusée qui "va à l'encontre des efforts pour promouvoir le dialogue, la paix régionale et la stabilité".

Le Premier ministre japonais Taro Aso a dénoncé un "acte extrêmement provocateur". "Nous voulons traiter le problème nord-coréen en coopération avec la communauté internationale, y compris cette question qui est clairement une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il dit.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Takeo Kawamura, a indiqué qu'une protestation avait été transmise à l'ambassade de Corée du Nord à Pékin.

L'autre allié de Washington dans la région, la Corée du Sud, a également dénoncé l'initiative de Pyongyang comme une "violation flagrante" de la résolution 1718 de l'ONU adoptée en 2006.

La présidence tchèque de l'UE a "fermement" condamné le tir et "engagé instamment" la Corée du Nord à se conformer à la résolution de l'ONU.

Même condamnation "ferme" du ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband.

L'Australie a également fermement condamné le lancement nord-coréen, que son Premier ministre Kevin Rudd a jugé "provocateur" et en violation des résolutions de l'ONU.

Deux des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la Russie, ont en revanche adopté des positions plus nuancées, s'abstenant de critiquer Pyongyang.

Alliée et voisine de la Corée du Nord, la Chine a expliqué avoir "pris acte du fait que la Corée du Nord (avait) procédé à un lancement".

"Nous espérons que les parties concernées feront preuve de calme et de retenue, pour gérer la situation de façon adéquate et maintenir la paix et la stabilité dans la région", a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

La Russie a également appelé à la retenue.

"Nous cherchons à savoir s'il s'agit d'une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et appelons toutes les parties concernées à se garder de toute action qui pourrait entraîner une escalade des tensions dans la péninsule coréenne", a déclaré un responsable du ministère des Affaires étrangères.

La Chine et la Russie sont engagées avec la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon, dans une délicate négociation à six portant sur l'abandon par Pyongyang de ses armes et installations nucléaires.

La Corée du Nord, de son côté, a assuré que son "programme spatial à des fins pacifiques" avait reçu le "soutien (de) partis politiques et groupes de nombreux pays étrangers", notamment des partis communistes d'autres pays, a indiqué l'agence de presse officielle KCNA.
 

Première publication : 05/04/2009

COMMENTAIRE(S)