Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

EUROPE

Le discours d'Obama sur la prolifération nucléaire très attendu à Prague

Vidéo par Meriem Amellal

Dernière modification : 05/04/2009

Après Londres et Strasbourg, le président américain poursuit sa tournée en Europe. Il participe, ce dimanche, à un sommet avec l'Union européenne, à Prague, en marge duquel il doit prononcer un discours sur la prolifération nucléaire.

AFP - Le président américain Barack Obama est arrivé samedi à Prague, sa première visite derrière l'ancien rideau de fer, pour assister dimanche à un sommet avec l'Union européenne et prononcer un discours très attendu sur la prolifération nucléaire.

Le président tchèque Vaclav Klaus et le premier ministre démissionnaire Mirek Topolanek sont venus l'accueillir à l'aéroport vers 18H30 locales (16H30 GMT), ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette visite est considérée par les Tchèques comme l'événement phare de leur présidence semestrielle de l'Union européenne.

M. Obama est arrivé à Prague en provenance de Strasbourg (France), où il a participé à un sommet des dirigeants de l'Otan, marqué par l'annonce de nouveaux renforts pour l'Afghanistan et le choix d'un nouveau chef de l'Alliance, le Danois Anders Fogh Rasmussen, en dépit de réserves de la Turquie.

Sa soirée de samedi devait être réservée à un programme privé, M. Obama ayant préféré aux invitations officielles un dîner romantique avec son épouse Michelle, dans un restaurant du centre historique de Prague, selon la presse locale.

Motif premier de son étape tchèque, le sommet UE-USA prévu dimanche à la mi-journée risque d'être éclipsé par le grand discours public que le président américain doit prononcer dans la matinée, sur l'esplanade du château de Prague.

Quelque 30.000 personnes sont attendues pour cette intervention consacrée à la lutte contre la prolifération nucléaire dans le monde.

La visite de M. Obama à Prague est très attendue par les Tchèques et leurs voisins d'Europe de l'Est qui s'interrogent sur ses intentions vis-à-vis de la Russie et surtout sur l'avenir du déploiement du bouclier anti-missile initié par son prédécesseur George W. Bush, un projet vilipendé par Moscou.

Prague et Washington ont signé en 2008 deux accords pour l'installation d'un radar couplé à dix intercepteurs de missiles en Pologne, afin de contrer d'éventuels tirs de longue portée par des pays tels que l'Iran.

Le sommet UE-USA proprement dit devrait être consacré principalement à la lutte contre le réchauffement climatique en vue de la conférence de Copenhague sur l'après-Kyoto, programmée en fin d'année. Les Européens attendent des engagements plus importants de la part de M. Obama.

L'ironie veut que le sommet consacré au climat soit présidé par le chef de l'Etat tchèque Vaclav Klaus qui considère lui-même le réchauffement climatique comme une vaste escroquerie fomentée par les écologistes.

Le contexte est également difficile pour la présidence tchèque de l'Union européenne: nommé par rotation à la tête de l'exécutif européen, le premier ministre Topolanek est aujourd'hui en sursis après la démission forcée de son gouvernement la semaine dernière. Il se peut même qu'il ne soit plus en poste lors du prochain grand sommet avec la Russie, mi-mai.

Aux entretiens bilatéraux avec MM. Klaus et Topolanek, le président américain a ajouté une rencontre avec l'ancien président Vaclav Havel, icône de la dissidence anticommuniste à Prague, aujourd'hui âgé de 72 ans.

Sa visite à Prague, et notamment son discours public devant le célébrissime Château qui surplombe la capitale, sera entourée de mesures de sécurité strictes, avec de nombreux axes de circulation coupés, des transports publics perturbés et des forces de l'ordre omniprésentes.
 

Première publication : 05/04/2009

COMMENTAIRE(S)