Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Netanyahou à Washington : une visite controversée

En savoir plus

Economie

Chakib Khelil affirme que l'Opep applique le système des quotas

Dernière modification : 06/04/2009

Le ministre algérien de l'Énergie, Chakib Khelil, a estimé que les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) appliquaient "d'une manière satisfaisante" les quotas de production de pétrole.

AFP - Les quotas de production de pétrole sont respectés "d'une manière satisfaisante" par les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a affirmé dimanche le ministre algérien de l'Energie, Chakib Khelil.
  
"Le respect des quotas a permis de stabiliser le prix du brut sur le marché international", a indiqué M. Khelil lors d'une conférence de presse à Biskra dans le sud-est de l'Algérie, cité par l'APS.
  
Il a estimé "difficile" dans "la conjoncture actuelle une augmentation du prix du baril de pétrole en raison du recul de la demande mondiale". Mais le maintien du système actuel des quotas "pourrait amener à un retour vers un prix entre 50 et 55 dollars le baril", a-t-il ajouté.
  
"Nous ne pouvons pas ignorer l'existence d'une crise financière mondiale  dangereuse qui s'est répercutée (négativement) sur la demande de pétrole aussi bien aux Etats-Unis, qu'en Chine et en Europe", a-t-il dit.
  
Le cartel, qui pompe 40% de l'or noir mondial, avait maintenu le 15 mars son objectif un plafond de production à 24,84 millions de barils par jour (mbj) et fixé sa prochaine réunion au 28 mai.
  
Il entendait laisser ainsi aux responsables des principales économies mondiales le temps de prendre des mesures efficaces contre ce qui est considéré comme la plus grave crise économique depuis les années 1930.
  
Depuis septembre, l'Opep a décidé de retirer du marché un total de 4,2 millions de barils par jour pour enrayer l'effondrement des cours du brut.
  
L'Opep souhaite voir le pétrole remonter à 75 dollars le baril, le prix qu'elle estime satisfaisant pour permettre de continuer à investir dans l'exploration et la production.
  
Les prix du pétrole se sont brutalement effondrés en l'espace de quelques mois. Alors qu'ils frôlaient les 150 dollars en juin, ils sont tombés jusqu'à 32,40 dollars en décembre. Depuis le début de l'année, les cours évoluent entre 40 et 50 dollars.
  

Première publication : 06/04/2009

COMMENTAIRE(S)