Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

La Belgique veut empêcher l'ex-président tchadien de quitter Dakar

Dernière modification : 07/04/2009

La Belgique a demandé au Sénégal de s'engager "solennellement" à empêcher Hissène Habré de quitter Dakar. L'ex-président tchadien est en effet accusé de crime contre l'humanité et a trouvé refuge au Sénégal.

AFP - La Belgique a annoncé mardi qu'elle abandonnerait une de ses exigences à l'égard du Sénégal si ce pays déclarait "solennellement" devant la Cour internationale de justice (CIJ) qu'il empêcherait l'ex-président tchadien Hissène Habré de quitter Dakar.
  
"Si le Sénégal est prêt à déclarer solennellement devant la Cour qu'il ne laissera pas M. Habré quitter son territoire (...) une telle déclaration pourrait suffire à la Belgique pour considérer que sa demande est sans objet", a déclaré un responsable du ministère belge de la Justice, Gérard Dive.
  
La déclaration devra toutefois être "claire et sans conditions", a ajouté M. Dive au cours d'une audience de la CIJ à La Haye.
  

 La cour examine depuis lundi une "demande en mesures conservatoires" de la Belgique, destinée à garantir que M. Habré, inculpé de crimes contre l'humanité et en résidence surveillée à Dakar, "reste sous le contrôle" des autorités sénégalaises.
  
Le Sénégal, où Hissène Habré s'est réfugié après sa chute en 1990, devrait répondre mercredi à la question d'un magistrat de la Cour de savoir s'il accepterait de faire une telle déclaration.
  
La Belgique, qui a émis en 2005 un mandat d'arrêt international à l'encontre de M. Habré, a saisi la CIJ en février pour qu'elle ordonne au Sénégal de le juger pour crimes contre l'humanité et tortures ou de l'extrader vers la Belgique.
  
En attendant une décision sur le fond, Bruxelles a demandé à la Cour d'ordonner à Dakar de prendre des "mesures" intérimaires pour "éviter que M. Habré puisse se soustraire à la justice".
  
Cette demande est motivée par de récentes déclarations du président sénégalais Abdoulaye Wade, qui a menacé de lever la mise en résidence surveillée de M. Habré s'il ne recevait pas les 27,5 millions d'euros qu'il estime nécessaires à l'organisation du procès.
  
Selon le rapport d'une commission d'enquête tchadienne, le régime d'Hissène Habré (1982-1990) a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et dans certains groupes ethniques.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)