Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Afrique

Un militaire français forcené abat trois soldats et un civil

Dernière modification : 07/04/2009

Un légionnaire français a abattu deux membres de son régiment, un soldat togolais puis un paysan tchadien, au cours de sa fuite près d'Abéché, dans l'est du Tchad. Les autorités locales indiquent que le "forcené" est activement recherché.

AFP - Le légionnaire français forcené, qui a tué trois soldats au Tchad -deux légionnaires et un Togolais- mardi, a également assassiné un paysan tchadien dans sa fuite près d'Abéché (est), a appris l'AFP auprès des autorités tchadiennes, qui ont déployé un important dispositif.

"Le forcené a abattu un paysan à cheval vers 18h00 (17h00 GMT). Le soldat voulait arracher le cheval mais le paysan a résisté et le soldat français a tiré sur lui", a affirmé à l'AFP une autorité locale sous couvert de l'anonymat.

Un "important dispositif" était déployé pour ratisser le secteur et arrêter le soldat, selon cette source. "Tout a été mis (sur le terrain): gendarmerie, armée, police, Minurcat", a ajouté cette source, précisant que le forcené "était toujours armé".

Le forcené et les deux autres légionnaires, tous trois membres du 2e régiment étranger d'infanterie, étaient stationnés au Camp des étoiles de l'opération européenne Eufor Tchad/RCA, avait auparavant précisé le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major.

Quant au militaire togolais, il était membre de la Minurcat 2, l'opération de l'ONU qui a pris la succession de l'Eufor Tchad/RCA.

"Le forcené a ouvert le feu vraisemblablement avec son arme de service", a précisé le commandant Prazuck.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)