Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Afrique

Un militaire français forcené abat trois soldats et un civil

Dernière modification : 07/04/2009

Un légionnaire français a abattu deux membres de son régiment, un soldat togolais puis un paysan tchadien, au cours de sa fuite près d'Abéché, dans l'est du Tchad. Les autorités locales indiquent que le "forcené" est activement recherché.

AFP - Le légionnaire français forcené, qui a tué trois soldats au Tchad -deux légionnaires et un Togolais- mardi, a également assassiné un paysan tchadien dans sa fuite près d'Abéché (est), a appris l'AFP auprès des autorités tchadiennes, qui ont déployé un important dispositif.

"Le forcené a abattu un paysan à cheval vers 18h00 (17h00 GMT). Le soldat voulait arracher le cheval mais le paysan a résisté et le soldat français a tiré sur lui", a affirmé à l'AFP une autorité locale sous couvert de l'anonymat.

Un "important dispositif" était déployé pour ratisser le secteur et arrêter le soldat, selon cette source. "Tout a été mis (sur le terrain): gendarmerie, armée, police, Minurcat", a ajouté cette source, précisant que le forcené "était toujours armé".

Le forcené et les deux autres légionnaires, tous trois membres du 2e régiment étranger d'infanterie, étaient stationnés au Camp des étoiles de l'opération européenne Eufor Tchad/RCA, avait auparavant précisé le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major.

Quant au militaire togolais, il était membre de la Minurcat 2, l'opération de l'ONU qui a pris la succession de l'Eufor Tchad/RCA.

"Le forcené a ouvert le feu vraisemblablement avec son arme de service", a précisé le commandant Prazuck.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)