Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Afrique

Un militaire français forcené abat trois soldats et un civil

Dernière modification : 07/04/2009

Un légionnaire français a abattu deux membres de son régiment, un soldat togolais puis un paysan tchadien, au cours de sa fuite près d'Abéché, dans l'est du Tchad. Les autorités locales indiquent que le "forcené" est activement recherché.

AFP - Le légionnaire français forcené, qui a tué trois soldats au Tchad -deux légionnaires et un Togolais- mardi, a également assassiné un paysan tchadien dans sa fuite près d'Abéché (est), a appris l'AFP auprès des autorités tchadiennes, qui ont déployé un important dispositif.

"Le forcené a abattu un paysan à cheval vers 18h00 (17h00 GMT). Le soldat voulait arracher le cheval mais le paysan a résisté et le soldat français a tiré sur lui", a affirmé à l'AFP une autorité locale sous couvert de l'anonymat.

Un "important dispositif" était déployé pour ratisser le secteur et arrêter le soldat, selon cette source. "Tout a été mis (sur le terrain): gendarmerie, armée, police, Minurcat", a ajouté cette source, précisant que le forcené "était toujours armé".

Le forcené et les deux autres légionnaires, tous trois membres du 2e régiment étranger d'infanterie, étaient stationnés au Camp des étoiles de l'opération européenne Eufor Tchad/RCA, avait auparavant précisé le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major.

Quant au militaire togolais, il était membre de la Minurcat 2, l'opération de l'ONU qui a pris la succession de l'Eufor Tchad/RCA.

"Le forcené a ouvert le feu vraisemblablement avec son arme de service", a précisé le commandant Prazuck.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)