Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

EUROPE

Obama réaffirme sa position en faveur de l'adhésion de la Turquie

Dernière modification : 07/04/2009

Le président américain, qui a quitté Ankara, a réaffirmé sa position en faveur de l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, n'hésitant pas à afficher son "désaccord" avec le président français sur cette question.

AFP - Le président américain Barack Obama a réitéré mardi à Istanbul son soutien à l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, avouant être en "désaccord" sur la question avec son "ami" et "allié", le président français Nicolas Sarkozy.

"Le président Sarkozy est un bon ami et un bon allié. Les amis ont parfois des désaccords comme celui-là", a déclaré M. Obama lors d'une discussion avec des étudiants à Istanbul, au deuxième et dernier jour d'une visite en Turquie.

"C'est vrai que les Etats-Unis ne sont pas membres de l'UE, donc ce n'est pas à nous de prendre une décision, mais cela ne m'empêche pas d'avoir une opinion", a affirmé le président, en réponse à une question d'une étudiante turque sur les réactions de M. Sarkozy à ses déclarations pro-adhésion.

M. Obama s'est prononcé dimanche lors d'un sommet UE-Etats-Unis à Prague pour l'entrée de la Turquie dans le bloc européen, une adhésion en cours de négociation depuis 2005, mais à laquelle plusieurs capitales européennes, dont Paris, sont hostiles.

Opposant de longue date de l'adhésion de la Turquie, M. Sarkozy, présent à Prague, a immédiatement adressé une fin de non-recevoir au plaidoyer du président Obama, estimant, que "s'agissant de l'Union européenne, c'est aux pays membres de l'Union européenne de décider".

Le président américain a réitéré son point de vue, lundi, devant les députés turcs.

"J'ai remarqué que les Européens ont eu pendant longtemps beaucoup d'opinions à propos de la politique américaine. Ils n'ont pas été timides pour nous faire des suggestions à propos de ce qu'on devrait faire, donc je pense qu'il n'y a rien de mal à ce qu'il y ait réciprocité", a-t-il expliqué devant les étudiants d'Istanbul.

"Mon espoir est que, le temps passant, il se passe finalement quelque chose" a ajouté M. Obama.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)