Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

MODE

La haute couture, de l’art au business

En savoir plus

  • Le défilé du 14-Juillet marqué par le centenaire de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

Economie

RBS va se séparer de quelque 9 000 collaborateurs

©

Dernière modification : 07/04/2009

La Royal Bank of Scotland, qui a frôlé la faillite avant d'être partiellement nationalisée, a décidé de supprimer environ 9 000 emplois sur deux ans. L'établissement espère réaliser une économie de 2,5 milliards de livres en trois ans.

AFP - Royal Bank of Scotland, dont l'Etat britannique détient plus de 70%, va supprimer jusqu'à 9.000 emplois d'ici deux ans, dont 4.500 au Royaume-Uni, a annoncé mardi la banque britannique.
  
Le plan de suppression d'emplois, qui devrait impliquer essentiellement des départs volontaires, concernera en priorité les activités de support, informatique et administration, regroupées dans une division baptisée "Group manufacturing", selon un communiqué de la banque.
  
RBS a affirmé que les licenciements secs "ne seront appliqués qu'en dernier ressort".
  
La banque a entamé des discussions avec les syndicats sur ces suppressions d'emplois qui pourraient être moins importantes que le chiffre avancé grâce à un programme de redéploiement des emplois, au renouvellement naturel des postes et à l'utilisation réduite de sous-traitants.
  
La banque espère grâce à ces nouvelles mesures réaliser une économie de 2,5 milliards de livres d'ici les trois prochaines années.
  
"Nous avons mis en place une nouvelle stratégie pour RBS qui consiste à remettre la banque sur ses pieds le plus rapidement possible. Pour cela, nous souhaitons que le gouvernement puisse réaliser un profit sur son investissement dans RBS", a déclaré le directeur général de la banque, Stephen Hester.
  
"Pour atteindre cet objectif, nous devons réduire nos coûts, comme dans toute autre entreprise, face à la récession actuelle. Malheureusement, cela signifie prendre des décisions difficiles sur les emplois et des mesures de réduction de coûts", a-t-il ajouté.
  
Des pertes record l'an dernier (24 milliards de livres), liées notamment à l'acquisition de la banque néerlandaise ABN Amro, ont poussé RBS à accepter un renflouement de plusieurs dizaines de milliards de livres de l'Etat britannique, qui, depuis mardi matin, détient 70,8 % de ses parts.

Première publication : 07/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)