Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

RBS va se séparer de quelque 9 000 collaborateurs

Dernière modification : 07/04/2009

La Royal Bank of Scotland, qui a frôlé la faillite avant d'être partiellement nationalisée, a décidé de supprimer environ 9 000 emplois sur deux ans. L'établissement espère réaliser une économie de 2,5 milliards de livres en trois ans.

AFP - Royal Bank of Scotland, dont l'Etat britannique détient plus de 70%, va supprimer jusqu'à 9.000 emplois d'ici deux ans, dont 4.500 au Royaume-Uni, a annoncé mardi la banque britannique.
  
Le plan de suppression d'emplois, qui devrait impliquer essentiellement des départs volontaires, concernera en priorité les activités de support, informatique et administration, regroupées dans une division baptisée "Group manufacturing", selon un communiqué de la banque.
  
RBS a affirmé que les licenciements secs "ne seront appliqués qu'en dernier ressort".
  
La banque a entamé des discussions avec les syndicats sur ces suppressions d'emplois qui pourraient être moins importantes que le chiffre avancé grâce à un programme de redéploiement des emplois, au renouvellement naturel des postes et à l'utilisation réduite de sous-traitants.
  
La banque espère grâce à ces nouvelles mesures réaliser une économie de 2,5 milliards de livres d'ici les trois prochaines années.
  
"Nous avons mis en place une nouvelle stratégie pour RBS qui consiste à remettre la banque sur ses pieds le plus rapidement possible. Pour cela, nous souhaitons que le gouvernement puisse réaliser un profit sur son investissement dans RBS", a déclaré le directeur général de la banque, Stephen Hester.
  
"Pour atteindre cet objectif, nous devons réduire nos coûts, comme dans toute autre entreprise, face à la récession actuelle. Malheureusement, cela signifie prendre des décisions difficiles sur les emplois et des mesures de réduction de coûts", a-t-il ajouté.
  
Des pertes record l'an dernier (24 milliards de livres), liées notamment à l'acquisition de la banque néerlandaise ABN Amro, ont poussé RBS à accepter un renflouement de plusieurs dizaines de milliards de livres de l'Etat britannique, qui, depuis mardi matin, détient 70,8 % de ses parts.

Première publication : 07/04/2009

COMMENTAIRE(S)