Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Amériques

Alberto Fujimori, condamné à 25 ans de prison, fait appel

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 08/04/2009

L'ex-président péruvien Alberto Fujimori a été condamné à 25 ans de prison pour atteintes aux droits de l'Homme. Il a été reconnu coupable pour son rôle dans deux massacres perpétrés contre des civils, sous sa présidence.

AFP - La peine de 25 ans de prison prononcée mardi contre l'ancien président péruvien (1990-2000) Alberto Fujimori, équivaut à "une condamnation à mort", a estimé son médecin et député de son parti, sur fond d'incertitude sur la durée que l'ex-chef de l'Etat servira réellement.

"Une peine de 25 ans pour une personne de 70 ans comme l'ex-président équivaut à une condamnation à perpétuité, et donc à mort", a déclaré Alejandro Aguinaga, l'un des huit députés fujimoristes au Congrès.

Fujimori a fait appel de la sentence, une procédure aux mains de cinq magistrats de la Cour suprême, qui ne devrait pas voir son terme avant novembre 2009, selon Ronaldo Gamarra, avocat des parties civiles.

L'ancien président a déjà été condamné fin 2007 à six ans de prison dans une affaire de perquisition illégale et d'abus de pouvoir, mais les peines ne se cumulent pas au Pérou, seule comptant la plus lourde.

Etant donné ses deux ans passés en prison, le tribunal a indiqué que Fujimori devrait servir sa sentence jusqu'en février 2032, ce qui lui donnerait 93 ans.

Fujimori a obtenu maintes interruptions du procès pour raisons de santé, ses médecins diagnostiquant successivement de l'hypertension, un cancer de la langue et du pancréas. Mais il a paru très vigoureux la semaine dernière lors de deux longues dépositions à la barre.

Selon M. Gamarra, la qualification de "crime contre l'humanité" retenue par le tribunal signifie que Fujimori ne devrait pas pouvoir bénéficier de grâce ou d'amnistie.

En revanche, a-t-il estimé, il pourrait bénéficier du régime "2 pour 1", qui vaut aux détenus péruviens une remise de peine d'une journée pour deux de travail en détention. Ce point était contesté par d'autres juristes, en raison de la qualification de crime contre l'humanité.

Fujimori doit encore être jugé dans deux procès distincts pour faits de corruption.

Première publication : 08/04/2009

COMMENTAIRE(S)