Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Amériques

Alberto Fujimori, condamné à 25 ans de prison, fait appel

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 08/04/2009

L'ex-président péruvien Alberto Fujimori a été condamné à 25 ans de prison pour atteintes aux droits de l'Homme. Il a été reconnu coupable pour son rôle dans deux massacres perpétrés contre des civils, sous sa présidence.

AFP - La peine de 25 ans de prison prononcée mardi contre l'ancien président péruvien (1990-2000) Alberto Fujimori, équivaut à "une condamnation à mort", a estimé son médecin et député de son parti, sur fond d'incertitude sur la durée que l'ex-chef de l'Etat servira réellement.

"Une peine de 25 ans pour une personne de 70 ans comme l'ex-président équivaut à une condamnation à perpétuité, et donc à mort", a déclaré Alejandro Aguinaga, l'un des huit députés fujimoristes au Congrès.

Fujimori a fait appel de la sentence, une procédure aux mains de cinq magistrats de la Cour suprême, qui ne devrait pas voir son terme avant novembre 2009, selon Ronaldo Gamarra, avocat des parties civiles.

L'ancien président a déjà été condamné fin 2007 à six ans de prison dans une affaire de perquisition illégale et d'abus de pouvoir, mais les peines ne se cumulent pas au Pérou, seule comptant la plus lourde.

Etant donné ses deux ans passés en prison, le tribunal a indiqué que Fujimori devrait servir sa sentence jusqu'en février 2032, ce qui lui donnerait 93 ans.

Fujimori a obtenu maintes interruptions du procès pour raisons de santé, ses médecins diagnostiquant successivement de l'hypertension, un cancer de la langue et du pancréas. Mais il a paru très vigoureux la semaine dernière lors de deux longues dépositions à la barre.

Selon M. Gamarra, la qualification de "crime contre l'humanité" retenue par le tribunal signifie que Fujimori ne devrait pas pouvoir bénéficier de grâce ou d'amnistie.

En revanche, a-t-il estimé, il pourrait bénéficier du régime "2 pour 1", qui vaut aux détenus péruviens une remise de peine d'une journée pour deux de travail en détention. Ce point était contesté par d'autres juristes, en raison de la qualification de crime contre l'humanité.

Fujimori doit encore être jugé dans deux procès distincts pour faits de corruption.

Première publication : 08/04/2009

COMMENTAIRE(S)