Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

FRANCE

Emmanuelli "comprend" les séquestrations de patrons

Vidéo par Thibault LIEURADE

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 10/04/2009

Le député socialiste des Landes, Henri Emmanuelli, donne son point de vue sur les séquestrations de patrons, un phénomène qui s'est propagé en France ces dernières semaines dans le contexte de la crise économique.

C’est le débat du moment qui agite la classe politique française. Les séquestrations de chefs d'entreprise, qui ont commencé dans les Landes à l'usine Sony de Pontonx-sur-l'Adour, se multiplient ces dernières semaines. Près d'un Français sur deux les jugent "acceptables", selon deux sondages récemment parus dans la presse.

 

Interrogé sur ce sujet, le député PS des Landes, Henri Emmanuelli, affirme "en tant que socialiste comprendre parfaitement" ce phénomène, même si sa qualité de député l’oblige à condamner ce qui est contraire à la loi. "On voudrait que les relations sociales soient apaisées dans l’entreprise, comme elles doivent l’être en démocratie. Mais est-ce que l’entreprise est un lieu de démocratie ?  À ma connaissance, non" déclare l’ancien président de l’Assemblée nationale, qui reproche aux actionnaires de détenir tous les pouvoirs au sein des entreprises.

 

"Une vieille idée de la droite du XIXe siècle"

 

Concernant la déclaration du président Sarkozy qui s’est dit prêt à relever le plafond de défiscalisation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) si les plus riches investissent dans les PME, Henri Emmanuelli pense que cette mesure est destinée "à faire plaisir à des amis". Selon lui, "c’est une vieille idée de la droite du XIXe siècle" qui consiste à croire que la "générosité des riches fera le bonheur des pauvres".

 

Invité à réagir sur le triplement du salaire en 2008 de Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez, le député socialiste a utilisé l’image d’un "chien qui a un os dans la bouche et certaines espèces de chiens, si on ne leur tape pas fort sur la tête, ne lâchent pas l’os. C’est pour ça qu’il faut une loi".

Première publication : 09/04/2009

COMMENTAIRE(S)