Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

FRANCE

Emmanuelli "comprend" les séquestrations de patrons

Vidéo par Thibault LIEURADE

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 10/04/2009

Le député socialiste des Landes, Henri Emmanuelli, donne son point de vue sur les séquestrations de patrons, un phénomène qui s'est propagé en France ces dernières semaines dans le contexte de la crise économique.

C’est le débat du moment qui agite la classe politique française. Les séquestrations de chefs d'entreprise, qui ont commencé dans les Landes à l'usine Sony de Pontonx-sur-l'Adour, se multiplient ces dernières semaines. Près d'un Français sur deux les jugent "acceptables", selon deux sondages récemment parus dans la presse.

 

Interrogé sur ce sujet, le député PS des Landes, Henri Emmanuelli, affirme "en tant que socialiste comprendre parfaitement" ce phénomène, même si sa qualité de député l’oblige à condamner ce qui est contraire à la loi. "On voudrait que les relations sociales soient apaisées dans l’entreprise, comme elles doivent l’être en démocratie. Mais est-ce que l’entreprise est un lieu de démocratie ?  À ma connaissance, non" déclare l’ancien président de l’Assemblée nationale, qui reproche aux actionnaires de détenir tous les pouvoirs au sein des entreprises.

 

"Une vieille idée de la droite du XIXe siècle"

 

Concernant la déclaration du président Sarkozy qui s’est dit prêt à relever le plafond de défiscalisation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) si les plus riches investissent dans les PME, Henri Emmanuelli pense que cette mesure est destinée "à faire plaisir à des amis". Selon lui, "c’est une vieille idée de la droite du XIXe siècle" qui consiste à croire que la "générosité des riches fera le bonheur des pauvres".

 

Invité à réagir sur le triplement du salaire en 2008 de Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez, le député socialiste a utilisé l’image d’un "chien qui a un os dans la bouche et certaines espèces de chiens, si on ne leur tape pas fort sur la tête, ne lâchent pas l’os. C’est pour ça qu’il faut une loi".

Première publication : 09/04/2009

COMMENTAIRE(S)