Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

EUROPE

Nouvelles répliques, le bilan pourrait atteindre les 300 morts

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 10/04/2009

Une série de répliques a secoué le centre de l'Italie. Le dernier bilan fait état de 278 morts et 28 000 sans-abri. Le président Napolitano est arrivé dans la matinée à L'Aquila. Les funérailles nationales des victimes auront lieu vendredi.

AFP - Le bilan du terrible séisme de lundi dans le centre de l'Italie pourrait approcher les 300 morts alors que la terre continue de trembler et qu'il ne restait pratiquement plus d'espoir jeudi de retrouver des survivants.
   

Le président de la République Giorgio Napolitano est arrivé dans la matinée à L'Aquila, épicentre du séisme, alors que se préparent les funérailles nationales des victimes qui auront lieu vendredi.
   

Les rescapés du tremblement de terre se sont réveillés difficilement après une nouvelle nuit dans le froid, l'inconfort et le stress, rythmée par de fortes répliques.
   
Selon un dernier bilan provisoire des carabiniers, le bilan s'est alourdi à 278 morts jeudi matin, quatre jours après le séisme qui a frappé les Abruzzes (centre) dans la nuit de dim

anche à lundi, le plus meurtrier dans le pays depuis 30 ans.
   
Entre vingt et trente personnes sont toujours portées disparues et le nombre des blessés est de 1.170, dont 179 dans un état grave, selon les carabiniers. Le nombre de sans-abri est estimé à 28.000.
   
Au moins deux nouveaux corps ont été dégagés dans la nuit, n

otamment dans un foyer d'étudiants qui s'était écroulé comme un château de cartes lundi.
   
De nouvelles répliques au cours de la nuit
   
La plus forte secousse, ressentie par les journalistes de l'AFP mais aussi perçue à Rome et dans d'autres grandes villes du pays, a été enregistrée à 02H52 (00H52 GMT) et a atteint une magnitude de 5,2 sur l'échelle de Richter.
   

Au total 17.772 personnes ont passé une nouvelle nuit dehors dans les 2.962 tentes fournies par les autorités ou dans les centaines de voitures qui remplissent les parkings de la ville.
   
Vers 6H30 (4H30 GMT), dans le campement de sans-abri d'Onna, hameau martyr, touché de plein fouet par le séisme, les rescapés se réveillaient lentement et commençaient à sortir du village de tentes. Sur le parking adjacent, les occupants d'une centaine de voitures aux vitres embuées étai

ent encore endormis.
   
Les conditions de vie sont difficiles en raison de l'absence d'eau chaude, le gaz ayant été coupé, du manque de douches, de toilettes chimiques et d'énergie électrique, ce qui rend notamment compliqué le rechargement des mobiles.
   
L'espoir de retrouver des survivants était extrêmement ténu jeudi, les nouvelles secousses compliquant la tâche des sauveteurs en rendant encore plus instables les décombres des habitations.
   
Les recherches se poursuivront jusqu'à dimanche, a annoncé le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni.
   

Les deux premières victimes du séisme ont été enterrées mercredi, l'une dans la région touchée par le séisme, l'autre dans celle voisine du Molise.
   
La cérémonie d'hommage national sera présidée par le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone. Les drapeaux de tout le pays seront en berne.
   
Le pape Benoît XVI a annoncé qu'il "espérait" se rendre "dès que

possible" sur les lieux de la catastrophe où 8.500 secouristes sont à pied d'oeuvre.
   
Alors que 10.000 bâtiments et maisons ont été détruits, le chef du gouvernement Silvio Berlusconi a suggéré que la reconstruction soit divisée en 100 projets dont chacun serait pris en charge par l'une des 102 provinces italiennes, sous le contrôle du gouvernement.
   
Le Cavaliere a également évoqué l'"adoption d'une église ou d'un monument historique" par des institutions ou des gouvernements étrangers pour financer leur reconstruction.

   
Selon une première estimation gouvernementale, au moins 1,3 milliard d'euros seront nécessaires pour la reconstruction.
 

 

Première publication : 09/04/2009

COMMENTAIRE(S)