Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Economie

Jean-Claude Trichet prévoit toujours la reprise "courant 2010"

Dernière modification : 10/04/2009

Jean-Claude Trichet, le patron de la Banque centrale européenne, persiste : le retour à la croissance aura lieu, selon lui, "dans le courant" de 2010, après une "très mauvaise" année 2009. Il ajoute trouver les plans de relance "suffisants".

AFP - La reprise mondiale devrait intervenir "dans le courant" 2010 après une "très mauvaise" année 2009, a déclaré jeudi le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, qui n'a de nouveau pas exclu une nouvelle baisse des taux en zone euro.

"Je confirme ce que j'ai toujours dit et qui, je crois, est confirmé par les institutions nationales et internationales (...) à savoir qu'après une très mauvaise année 2009, la reprise devrait se produire dans le courant de l'année 2010", a expliqué M. Trichet sur TV5 Monde Europe.

Le président de la BCE a estimé que "des décisions très importantes" ont été prises au niveau mondial", tout en déplorant "une certaine lenteur" dans la mise en oeuvre de certaines mesures de soutien au secteur financier.

"Il faut que tout soit mis en oeuvre très rapidement" pour restaurer la confiance, a-t-il plaidé. Depuis la réunion du G20 à Londres, "je crois que nous avons tous les éléments pour mettre en oeuvre rapidement ce que le monde entier attend", a-t-il jugé.

Il a par ailleurs redit que la BCE pourrait encore décider d'une baisse "mesurée" de son principal taux directeur.

La BCE avait créé la surprise jeudi dernier en abaissant ce taux d'un quart de point à 1,25%, soit moins que prévu.

"Les plans de relance décidés d'une manière générale sont suffisants", a aussi jugé M. Trichet, ajoutant notamment qu'il fallait prendre en compte le fait "qu'il y a des limites financières".

"La confiance aujourd'hui dépend à la fois de l'ampleur des décisions prises mais aussi du retour à l'équilibre" budgétaire, a déclaré M. Trichet, estimant qu'il fallait préserver "l'équilibre à moyen et long terme".

En raison de son plan de relance, le gouvernement français prévoit déjà que son déficit va grimper à 5,6% du PIB en 2009, puis à 5,2% en 2010. La dette publique devrait, elle, monter à 73,9% du PIB en 2009 et continuer de s'envoler pour se situer aux environs de 77-78% du PIB en 2010-2011.

"Nos concitoyens ont confiance s'ils voient qu'on retourne à l'équilibre, ils n'ont pas envie que leurs enfants payent les pots cassés", a dit M. Trichet.

Première publication : 10/04/2009

COMMENTAIRE(S)