Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Dans les coulisses du spectacle chorégraphique du 14 juillet

En savoir plus

SUR LE NET

Israël : des selfies dans les abris anti-bombes

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Une mini tournée africaine pour François Hollande

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

14 juillet : célébrations nationales et centenaire de la Grande Guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Lamberto Zannier, secrétaire général de l'OSCE

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Santé : l'Europe perturbée par des substances toxiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Raid Fahmi, ex-ministre irakien des Sciences et Technologies

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Crimes de guerre"

En savoir plus

  • Le défilé du 14-Juillet marqué par le centenaire de la Grande Guerre

    En savoir plus

  • Poursuite des raids israéliens à Gaza, les offres de médiation se multiplient

    En savoir plus

  • En images : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Nice, les rassemblements pro-palestiniens interdits par la préfecture

    En savoir plus

  • Vidéo : le Costa Concordia flotte de nouveau

    En savoir plus

  • Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur de Samsung

    En savoir plus

  • La banque Citigroup paiera sept milliards de dollars pour éviter un procès

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : le Français Paul Pogba élu meilleur jeune joueur

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le Hezbollah nie vouloir déstabiliser le régime égyptien

©

Dernière modification : 11/04/2009

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, reconnaît que le Libanais arrêté en Égypte est bien membre de son mouvement. Selon lui, il avait une "mission logistique" d'aide aux Palestiniens pour faire entrer à Gaza du matériel militaire.

AFP - Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a reconnu vendredi qu'un Libanais arrêté en Egypte était bien membre de son mouvement mais qu'il s'y trouvait en "mission logistique" pour aider les Palestiniens de Gaza et ne cherchait pas à déstabiliser l'Egypte.

"Sami Chehab est membre du Hezbollah, nous ne le nions pas", a dit Hassan Nasrallah, dans un discours retransmis par la chaîne de télévision Al-Manar, organe du mouvement chiite.

"Ce qu'il faisait (en Egypte, ndlr) est un travail logistique pour aider les Palestiniens à faire entrer à Gaza du matériel" militaire, a-t-il poursuivi.

"Si aider les Palestiniens est un crime, je reconnais mon crime officiellement (...) et tout le monde sait que ce n'est pas la première fois que le Hezbollah tente de fournir des armes aux Palestiniens", a-t-il ajouté.

Le Hezbollah a toujours proclamé son soutien aux groupes armés palestiniens mais c'est vraisemblablement la première fois qu'il est aussi explicite, en parlant d'aide militaire.

Mercredi, le procureur général égyptien, Abdel Meguid Mahmoud, avait annoncé qu'une enquête de la sécurité de l'Etat avait déterminé que Hassan Nasrallah avait chargé des hommes de perpétrer des attaques en Egypte et que 49 personnes avaient été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

Les médias officiels égyptiens avaient indiqué jeudi qu'une des personnes arrêtées était Sami Hani Chehab, suspecté de diriger une cellule du Hezbollah, chargée d'opérer dans les pays voisins d'Israël.

"Le procureur général a décidé de garder les membres du groupe lié au Hezbollah pendant 15 jours pour qu'ils soient interrogés. Ils sont soupçonnés d'être membres d'une organisation clandestine appelant à la rébellion contre le régime", a indiqué jeudi une source judiciaire égyptienne.

Les 49 suspects sont également accusés d'espionnage, de faire du prosélytisme chiite (dans un pays où les musulmans sont de confession sunnite), d'avoir falsifié des documents officiels et fabriqué des engins explosifs, selon la source judiciaire.

"Le nombre de personnes avec qui a collaboré (...) Sami ne dépasse pas 10 (...) Je ne sais pas d'où sont venues les 50 personnes arrêtées, la plupart ne sont pas liées au Hezbollah", a en outre affirmé cheikh Hassan Nasrallah.

Un avocat des suspects, Montasser al-Zayyat, a souligné au Caire qu'ils étaient initialement soupçonnés de faire de la contrebande d'armes à l'intention du mouvement islamiste palestinien Hamas pour le compte du Hezbollah.

"Nous n'avons pu rencontrer aucun des détenus ou assister à des interrogatoires", a déclaré un autre avocat, Abdel Moneim Abdel Maqsoud.

Selon un responsable de la sécurité égyptienne, des membres de ce groupe ont été arrêtés en novembre, d'autres fin mars.

Mais Hassan Nasrallah a souligné que le Hezbollah n'avait aucune intention de déstabiliser l'Egypte, qualifiant les accusations du Caire d"'invention pure et simple visant à monter le peuple égyptien contre le Hezbollah".

"Le Hezbollah ne cherche pas (à s'attirer) l'hostilité ou (entrer en) conflit avec un quelconque régime arabe, que ce soit sur le plan de la sécurité, militaire, politique ou médiatique", a-t-il ajouté.

En janvier, en pleine offensive israélienne dans la bande de Gaza contre le Hamas, Hassan Nasrallah s'en était violemment pris à l'Egypte, appelant les Egyptiens à manifester "par millions" pour obtenir l'ouverture du terminal de Rafah, entre la bande de Gaza et l'Egypte.

L'Egypte, avait vivement réagi, en le qualifiant d'"agent" de l'Iran chiite.

L'Iran a rompu ses relations diplomatiques avec l'Egypte en 1980, après la Révolution islamique, pour protester contre la reconnaissance d'Israël par l'Egypte. Depuis, l'Egypte et l'Iran ne disposent plus que de sections d'intérêts dans leurs capitales respectives.
 

Première publication : 10/04/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)