Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

EUROPE

La justice ordonne un recomptage des voix

Vidéo par Meriem Amellal

Dernière modification : 15/04/2009

À la demande du chef de l'État, la Cour constitutionnelle moldave a décidé de recompter les bulletins des élections législatives contestées du 5 avril, remportées par le Parti communiste. Les registres des votants seront aussi vérifiés.

Reuters - La Cour constitutionnelle moldave a fait droit dimanche à la demande du président Vladimir Voronine de recompter les bulletins des élections législatives du 5 avril remportées par le Parti communiste du chef de l'Etat.

 

"La Cour constitutionnelle de Moldavie ordonne par la présente (déclaration) à la Commission centrale électorale de recompter d'ici neuf jours l'ensemble des bulletins de vote du scrutin du 5 avril", a déclaré le président de cette juridiction, Dumitru Publere, après sa délibération.

 

Publere a précisé que la commission devrait également vérifier les registres des votants comme le réclame l'opposition, qui parle de fraude à grande échelle. "Ces deux questions sont étroitement liées, l'un va avec l'autre", a-t-il expliqué.

 

Il a admis que le processus pourrait prendre plus de temps que prévu, faisant allusion aux deux jours supplémentaires accordés par la Cour en raison de la Pâque orthodoxe qui tombe la semaine prochaine en Moldavie.

 

"S'il y a des problèmes ou des complications quelconques, la Cour constitutionnelle pourra toujours, à la demande de la Commission centrale électorale, prolonger ce délai. Mais il nous faudra convenir que ce processus ne peut pas s'éterniser indéfiniment".

 

La victoire des communistes avait provoqué le mécontentement des partis de l'opposition qui ont appelé à une nouvelle manifestations dimanche.

 

Les opposants entendent protester contre les détentions arbitraires et les mauvais traitements infligés aux manifestants qui sont descendus dans les rues de la capitale, Chisinau, cette semaine.

 

Tentant d'apaiser le mécontentement populaire, Voronie avait accepté que soit procédé à un nouveau décompte des voix.

 

La Cour constitutionnelle avait dû reporter ces opérations d'une journée, n'ayant pas reçu les résultats officiels du scrutin du 5 avril.

 

Selon des chiffres quasiment définitifs, les communistes avaient réuni près de 50% des suffrages et pouvaient compter sur 60 des 101 sièges à pouvoir, soit un de moins que la majorité requise pour désigner le chef de l'Etat.
 

Première publication : 12/04/2009

COMMENTAIRE(S)