Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

Asie - pacifique

Arrestation d'un nouveau suspect lié à l'attaque terroriste de Bombay

Vidéo par Anne-Isabelle MABIN , Matthieu MABIN

Dernière modification : 14/04/2009

Un nouveau suspect, lié aux attentats ayant visé Bombay à la fin novembre 2008, a été arrêté par les autorités pakistanaises. Islamabad réclame à l’Inde un complément d’informations pour poursuivre les suspects en justice.

AFP - Le Pakistan a annoncé lundi avoir procédé à une nouvelle arrestation dans l'enquête sur les attentats meurtriers de la fin novembre 2008 à Bombay et a demandé à l'Inde de lui fournir des informations supplémentaires pour pouvoir poursuivre les suspects en justice.

"Nous avons arrêté un nouveau suspect, Shahd Jamil Riaz", accusé d'avoir "facilité les transferts d'argent et d'avoir participé à l'organisation" des attentats, a déclaré lors d'une conférence de presse le conseiller pakistanais pour les Affaires intérieures, Rehman Malik, sans plus de précisions.

Selon des médias locaux, Shahd Jamil Riaz a été placé en détention préventive.

Menées par un commando armé, les attaques coordonnées de Bombay, la capitale économique indienne, avaient fait 174 morts, dont neuf des dix assaillants, entre le 26 et le 29 novembre 2008.

L'Inde, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne les imputent au Lashkar-e-Taïba (LeT), un groupe islamiste armé clandestin pakistanais, actif au Cachemire. New Delhi dénonce en outre la complicité de services de renseignements militaires pakistanais (Inter-services intelligence, ISI).

Le LeT et Islamabad ont nié toute implication dans ces attaques. Le Pakistan a toutefois admis en février qu'une partie du complot avait été ourdi sur son sol et annoncé avoir engagé des poursuites contre huit suspects, dont six avaient été arrêtés.

M. Malik a ajouté lundi que ses services avaient demandé à l'Inde "un supplément d'informations", poursuivant ainsi le ping-pong diplomatique que se livrent les deux voisins et rivaux d'Asie du Sud sur ce dossier.

En janvier, l'Inde avait envoyé au Pakistan un dossier contenant selon elle des preuves de l'implication d'éléments pakistanais dans les attentats.

Islamabad a répondu le mois suivant en renvoyant à New Delhi une trentaine de questions, auxquelles l'Inde a répondu en mars.

M. Malik a ajouté que le Pakistan voulait également que l'Inde lui envoie une copie certifiée des déclarations de l'unique survivant du commando, Mohammed Ajmal Amir Iman, arrêté à Bombay et emprisonné en Inde.

Le procès de Mohammed Ajmal Amir Iman, alias "Kasab", un Pakistanais de 21 ans, doit débuter le 15 avril en Inde.
 

Première publication : 14/04/2009

COMMENTAIRE(S)