Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Compatriotes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations: les dangers de l'interdiction

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La poudrière de Ghardaïa et solidarité interconfessionnelle à Bangui

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Eric Clapton - JJ Cale : l’hommage d’une légende à une autre

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Dominique Cerutti, directeur-général d'Euronext

En savoir plus

FOCUS

La surpêche de thon rouge contraint le Japon à l’action

En savoir plus

DÉBAT

Proche-Orient : comment contrer la spirale de violence ?

En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un soldat

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les séparatistes ukrainiens ont remis les boîtes noires à la Malaisie

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • "Quelle opération ciblée !", quand Kerry ironise sur les frappes israéliennes

    En savoir plus

  • Sous pression, Moscou dément avoir livré des missiles aux pro-russes

    En savoir plus

  • Les chrétiens fuient Mossoul, "un crime contre l'humanité" selon l'ONU

    En savoir plus

  • L’armée ukrainienne tente de reprendre le contrôle de Donetsk

    En savoir plus

  • Didier Drogba tout proche d’un retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cette presse égyptienne qui soutient Israël contre le Hamas

    En savoir plus

FRANCE

Moscou juge "précipité" le rapatriement d'Élise en France

Vidéo par Pauline GODART

Dernière modification : 14/04/2009

Le retour en France d'Élise, enlevée par sa mère le 20 mars, n'est pas du goût des autorités russes. Le ministre russe des Affaires étrangères critique la décision hongroise de renvoyer la fillette franco-russe dans le pays de son père.

AFP - Le ministère des Affaires étrangères s'est dit prêt mardi à des consultations demandées par la Russie pour trouver une solution à l'affaire de la fillette franco-russe Elise André, dont les parents se disputent la garde.


"Nous sommes évidemment favorables à tout type d'approche qui, en étroite concertation entre les autorités russes et françaises, permettrait de trouver une solution dans l'intérêt supérieur de l'enfant", a déclaré à la presse un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal.

"Notre priorité est de trouver une solution conforme à l'intérêt supérieur de l'enfant, en concertation étroite avec les autorités russes et les parents", a-t-il insisté.

Le porte-parole a souligné que le retour de l'enfant en France était conforme au droit européen. "En application d'une décision de la justice française, les autorités hongroises ont permis la remise d'Elise André à son père et son retour en France conformément aux dispositions en vigueur au sein de l'Union européenne", a-t-il dit.

Ce "n'est pas un cas isolé" et Paris et Moscou ont déjà discuté de la création d'un groupe de travail sur les problèmes d'autorité parentale, a-t-il précisé.

Plus tôt, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait jugé que la décision hongroise de renvoyer en France Elise, enlevée en mars par sa mère et retrouvée en Hongrie, avait été "précipitée" et réclamé une consultation avec la France.

La fillette est déchirée depuis deux ans entre son père, Jean-Michel André, et sa mère, Irina Belenkaya. Après leur séparation, elle avait été emmenée en Russie par sa mère en 2007, puis ramenée par son père en France en 2008. Les deux parents ont obtenu, dans leur pays respectif, la garde de l'enfant.

tice française contre elle.

Première publication : 14/04/2009

COMMENTAIRE(S)