Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fête de la musique : une fête qui résonne au-delà des frontières

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Nord-Sud : la place des femmes en question

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Josef Borrell : "Avec l'Aquarius, la réponse a été espagnole et non européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Journée mondiale des réfugiés : l'Europe à l'heure d'une nouvelle polémique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Déception pour les équipes africaines au Mondial de football

En savoir plus

FRANCE

Plaques neuves cherchent voitures neuves

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 14/04/2009

Le nouveau système d’immatriculation des véhicules neufs entre en vigueur ce mercredi. Des plaques censées simplifier la vie des automobilistes et rendre plus difficile le trafic de voitures volées.

A partir de mercredi, les véhicules neufs bénéficient des nouvelles plaques d’immatriculation françaises. Elles sont formées de trois blocs de deux lettres, avec à gauche la lettre F (France) sur fond de drapeau européen, et à droite le numéro de département qu’aura choisi le conducteur, même s’il ne correspond pas à son lieu de résidence.
 

Cette mise en place devait initialement intervenir le 1er janvier, mais les constructeurs avaient obtenu son report afin de disposer de plus de temps pour préparer cette nouvelle mesure dans le contexte de la crise actuelle.
 

Sa principale nouveauté est que cette plaque suivra la voiture toute sa vie. Même si le véhicule change de propriétaire, l’immatriculation reste la même. Une innovation qui devrait rendre plus difficile, selon les autorités, le trafic de véhicules volés. Les conducteurs successifs peuvent néanmoins changer autant de fois qu’ils le désirent l’identifiant géographique.
 
Voyager avec son terroir

 

Cette extension départementale, qui devait dans le projet initial disparaître des plaques, avait soulevé une vive polémique. Un collectif parlementaire "Jamais sans mon département" avait même vu le jour. A l’époque, FRANCE 24 avait demandé leur avis aux internautes qui reflètaient bien le débat entre ceux qui voulaient continuer à "voyager avec leur terroir" et les autres qui estimaient qu’à l’heure européenne, c’était "un anachronisme".
 

La mesure est aussi présentée comme un gain de temps avec moins de paperasserie à la clef. Ce sont, en effet, les concessionnaires qui se chargent de poser les nouvelles plaques. Le propriétaire n’a donc plus besoin d’aller faire un tour par la case préfecture.
 

La possibilité pour les anciennes voitures d’adopter la nouvelle plaque d’immatriculation ne sera ouverte qu’à partir du 1er juin. Et le ministère de l’Intérieur estime que les routes de France verront cohabiter les deux types de plaques pendant encore plusieurs années.

Première publication : 14/04/2009

COMMENTAIRE(S)